Chaque année en France, de 45 à 80 enfants de moins de 5 ans meurent de déshydratation consécutive à une gastro-entérite aiguë. Celle-ci est due le plus souvent à des virus, très actifs lors de la période hivernale. C’est le cas du rotavirus, principal responsable des formes les plus graves de gastro-entérites chez les moins de 2 ans et qui à lui seul provoque 14 de ces décès.

La gastro -qu’elle soit d’origine virale ou autre d’ailleurs- se manifeste par des diarrhées aiguës, des vomissements et de la fièvre. En l’absence de traitement ad hoc, elle engendre une déshydratation rapide aux conséquences graves, mortelles parfois.

Chaque année dans le monde, la gastro-entérite à rotavirus tue 500 000 enfants de moins de 5 ans. Ils sont issus en grande majorité des pays en développement, et c’est la principale cause de mortalité infantile. Dans nos contrées la maladie est généralement d’évolution favorable, même si elle est responsable d’une morbidité importante et d’une mortalité malgré tout non-négligeable.

Chez les moins de 5 ans, le bilan chiffré de la diarrhée aiguë à rotavirus en France est considérable : 300 000 épisodes par an dont 160 000 cas « sévères », 18 000 hospitalisations et nous l’avons vu , 13 à 14 morts ! Le ministère de la Santé a également évalué le coût annuel de ces maladies à 28 millions d’euros.

De 6 mois à 2 ans, le nourrisson est la cible privilégiée du rotavirus. La prévention passe principalement par le lavage régulier des mains, à l’eau et au savon. A noter également depuis 2006, la mise sur le marché de deux vaccins oraux contre le rotavirus : Rotarix ® et Rotateq ®. Dans un avis de décembre 2006, le Conseil supérieur d’hygiène publique de France (CSHPF) soulignait que ces vaccins étaient « indiqués dans l’immunisation active des nourrissons à partir de l’âge de 6 semaines, pour la prévention des gastro-entérites dues à une infection à rotavirus ».

Le CSHPF a toutefois choisi de « différer la recommandation de la vaccination anti-rotavirus systématique ». En revanche, il souhaite une « harmonisation des pratiques » concernant la prise en charge des gastro-entérites chez les nourrissons. Pour connaître les bons gestes à adopter, rendez-vous ici même, dès lundi…

Partager cet article