La syphilis congénitale tue 200 000 bébés par an

[01 mars 2019 - 14h59] [mis à jour le 01 mars 2019 à 15h09]

Comme son nom l’indique, la syphilis congénitale est transmise de la mère au fœtus. Cette pathologie provoque des décès néonataux et des enfants mort-nés. L’Organisation mondiale de la Santé estime à 200 000 le nombre de victimes dans le monde.

Lorsque le germe de la syphilis est transmis de la mère à l’enfant pendant la grossesse, on parle alors de syphilis congénitale. Cette maladie est souvent fatale pour l’enfant à naître. Selon les derniers chiffres de l’OMS, elle provoquerait jusqu’à 200 000 décès néonataux et enfants mort-nés chaque année dans le monde. Elle peut aussi entraîner un petit poids de naissance, une naissance prématurée et des malformations congénitales. Au total, 660 000 cas de syphilis congénitale ont été rapportés en 2016.

Comment prévenir les complications dramatiques de cette infection ?

La syphilis congénitale peut être aisément prévenue grâce à un test de diagnostic chez la femme enceinte et la mise en place d’un traitement si nécessaire. Ainsi, l’administration de benzathine benzylpénicilline le plus tôt possible, idéalement avant le deuxième trimestre de grossesse, réduit drastiquement le risque de complications pour le fœtus.

« Malgré une légère baisse du nombre de cas entre 2012 et 2016 – passant de 750 000 à 660 000 – le nombre de femmes et d’enfants victimes reste inacceptable », souligne l’OMS. « Il est crucial que toutes les femmes enceintes bénéficient d’un testing et de traitement si nécessaire de manière systématique dès le début de la grossesse », insiste l’organisation.

A noter : la syphilis est l’infection sexuellement transmissible la plus répandue dans le monde. Environ 6 millions de cas surviennent chaque année.

Partager cet article