Le clitorisme, une érection pathologique féminine

[13 septembre 2019 - 16h19] [mis à jour le 13 septembre 2019 à 16h20]

Une érection involontaire, douloureuse et hors excitation sexuelle ? Ce syndrome n’est pas l’apanage du pénis. Le clitoris aussi peut en souffrir.

Clitoris et pénis ont tous deux une capacité d’érection. Au même titre que l’organe masculin, le clitoris peut donc souffrir de l’équivalent du priapisme : le clitorisme. Cette érection douloureuse et souvent prolongée survient en l’absence d’excitation sexuelle. Elle peut durer de quelques minutes à quelques heures. « La douleur est souvent caractérisée par les patientes comme une sensation de brûlure, impliquant non seulement le clitoris, mais aussi la vulve », précise Didier Dillen dans son livre Sex’traordinaire.

Médicaments en cause ?

La cause de ce mal reste souvent mystérieuse. Toutefois, le clitorisme peut constituer un effet indésirable médicamenteux. « On connaît au moins deux cas de femmes ayant eu à subir ce genre de mésaventure après avoir suivi un traitement aux antidépresseurs », souligne Didier Dillen.

Parmi elles, « une Américaine de 29 ans a souffert, cinq jours durant, en 2014, d’une érection persistante du clitoris. » Après plusieurs jours de douleur, elle a fini par consulter les urgences. « À l’analyse, il s’est avéré qu’elle participait à un essai clinique au cours duquel elle avait absorbé du bupropion (Wellbutrin) et du trazodone, dont la dose avait justement été augmentée un jour avant que n’apparaissent ces douloureux symptômes. » Un traitement à base d’analgésiques et d’un décongestionnant ont permis de soigner le priapisme de cette patiente.

Partager cet article