En mars dernier, le ministère en charge de la Santé s’était engagé à généraliser le dépistage du cancer du col de l’utérus. C’est désormais chose faite. Chaque femme de 25 à 65 ans pourra bénéficier d’un contrôle régulier et gratuit.

Chaque année en France, 3 000 nouveaux cas de cancer du col de l’utérus sont diagnostiqués. Et 1 000 femmes en décèdent. « C’est l’un des seuls cancers pour lequel le pronostic se dégrade en France, avec un taux de survie à 5 ans après le diagnostic qui s’est réduit de 68% en 1989-93 à 62% en 2005-2010 », explique le ministère en charge de la Santé. C’est pourquoi, ce dernier vient de lancer le« programme national de dépistage organisé du cancer du col de l’utérus. » Il s’agit du 3e programme de ce type en France après ceux des cancers du sein et du colon rectum.

Dans le détail, chaque femme de 25 à 65 ans n’ayant pas réalisé de frottis dans les 3 années précédentes sera invitée, par courrier, à se rendre chez un médecin ou une sage-femme pour effectuer l’examen. Lequel sera pris en charge à 100% par l’Assurance-maladie. Celles qui effectuent déjà un frottis régulier bénéficieront bien sûr également de la prise en charge à 100%.

Le but, vous l’aurez compris, diagnostiquer d’éventuelles lésions le plus tôt possible, pour éviter des traitements trop lourds.

Ne pas négliger le vaccin

N’oublions pas par ailleurs que l’un des moyens les plus efficaces pour lutter contre le cancer du col de l’utérus reste la vaccination contre les papillomavirus humains (HPV) responsables de la maladie. La vaccination est recommandée pour toutes les jeunes filles dès 11 ans et jusqu’à 14 ans et en rattrapage chez les jeunes filles de 15 à 19 ans. Mais la couverture vaccinale est faible et en baisse constante depuis 2010. Un comble quand on sait qu’elle protège contre 70% des HPV.

Partager cet article

SYNDICAT DE LA PRESSE INDÉPENDANTE D'INFORMATION EN LIGNE
Service de Presse en Ligne reconnu par la Commission paritaire des Publications et Agences de Presse (CPPAP) sous le n°0318 W 90885 (article 1er de la loi n° 86-187 du 1er août 1986 portant réforme du régime juridique de la presse)