Le sel iodé, un outil de santé publique…

16 août 2007

Plus de 650 millions de personnes dans le monde souffrent d’un goitre par carence en iode, et plus de 20 millions seraient atteintes d’un handicap mental par le simple fait d’une nourriture et d’une eau de boisson insuffisamment iodées.

En France, on décrivait encore il y a peu des cas de crétinisme – au sens médical du terme- liés à ce motif et cantonnés à certaines régions. L’OMS, qui avait depuis des années recommandé que le sel de table soit systématiquement supplémenté en iode, a effectué dans 7 pays d’Afrique une étude qui a montré les avantages décisifs de la supplémentation.

Alors que la carence en iode pose un sérieux problème de santé publique dans 118 pays, il est probablement utile de rappeler qu’on en trouve des quantités suffisantes, et de façon naturelle, dans les aliments de tous les jours : poissons et fruits de mer, produits laitiers, viandes et œufs sans oublier le sel de mer, excellente manière de prolonger les bienfaits des vacances…

    Aller à la barre d’outils