Le tabagisme passif chez l’enfant augmente le risque de BPCO

[21 novembre 2018 - 18h22] [mis à jour le 21 novembre 2018 à 18h23]

A l’occasion de la Journée mondiale contre la BPCO, ce 21 novembre, la Fondation du Souffle lance une campagne destinée à alerter sur les facteurs de risque durant l’enfance. En effet, le tabagisme passif fait le lit de la maladie dès le plus jeune âge !

La Broncho Pneumopathie Chronique Obstructive, ou BPCO, est une maladie qui se traduit par une obstruction permanente des voies aériennes, des exacerbations et un essoufflement.

Le principal facteur de risque demeure le tabac. Mais les fumeurs actifs ne sont pas les seuls touchés. Car chez l’enfant, le tabagisme passif, y compris in utero, représente un danger significatif. « Jusqu’à récemment on ne pensait à la BPCO que chez des adultes d’âge mûr », explique le Pr Ralph Epaud, chef du service Pédiatrie du CHI de Créteil. « On sait maintenant que la maladie peut trouver ses racines dans l’enfance ». En fait, une exposition au tabac chez l’enfant augmente le risque de voir ses capacités respiratoires altérées à l’âge adulte. C’est pourquoi la Fondation du souffle alerte sur cette situation.

Ce 21 novembre 2018, à l’occasion de la Journée mondiale dédiée, elle lance la campagne « BPCO dès l’enfance, jamais trop tôt, jamais trop tard pour la prévenir, la diagnostiquer, la traiter ».

Le message est clair : la prévention pour tous ! Il est impératif d’éviter à tout enfant d’être exposé au tabac. « Cela doit passer par une sensibilisation des parents, des médecins généralistes, des gynécologues, des pédiatres… », martèle la Fondation du Souffle.

Partager cet article