Mesdames, vous n’êtes (vraiment) pas adeptes du sport ? Pourtant vous le savez, une dépense énergétique régulière renforce votre activité cardiaque. Rassurez-vous, selon des chercheurs britanniques, une activité douce suffit à réduire de 20% le risque d’être victime d’une maladie cardiovasculaire. 

« Pratiquée 2 à 3 fois par semaine, même la plus douce des activités physiques suffit à réduire le risque d’événements cardiovasculaires », ont montré les auteurs d’une étude publiée dans le journal de l’American Heart Association, Circulation. Ainsi, le moindre effort provoquant sudation et accélération du rythme cardiaque est bon à prendre.

Pour le prouver, l’équipe du Pr Miranda Armstrong, auteur principal de l’étude menée à l’université d’Oxford (Royaume-Uni), a suivi 1,1 million de femmes entre 1996 et 2001. La moyenne d’âge était de 56 ans. Aucune d’entre elles n’avait d’antécédents de cancers, de maladies cardiovasculaires, ou de diabète. Chacune a dû régulièrement préciser son assiduité au sport : discipline, fréquence et intensité.

Résultat, « le simple fait de transpirer et d’avoir une accélération du rythme cardiaque 2 à 3 fois par semaine réduit de 20% le risque de développer l’un de ces troubles cardiovasculaires comparé aux femmes ne pratiquant pas ou peu d’activité physique ». Si vous n’êtes pas une sportive dans l’âme, rassurez-vous donc, aucun besoin de vous surpasser à l’extrême pour bénéficier des bienfaits du sport. Sur une semaine, une promenade à pied, une matinée au jardin et/ou un tour de vélo vous protège significativement de ces troubles cardiovasculaires.

Partager cet article