Les films d’horreur « glacent le sang », c’est prouvé !

[18 décembre 2015 - 11h18] [mis à jour le 18 décembre 2015 à 16h16]

Shining, L’exorciste, Carrie… La simple évocation de ces films d’horreur vous « glace le sang », au sens figuré ? Et si cette expression trouvait un écho physiologique ? C’est ce qu’avancent des chercheurs néerlandais. Selon eux, une protéine liée à la coagulation voit sont taux monter en flèche dans les moments d’effroi. Un travail relayé par la très ludique édition de Noël du British Medical Journal (BMJ). 

L’expression « A vous glacer le sang » trouverait ses racines dans un concept médiéval selon lequel l’effroi fige le sang dans les veines.  Des chercheurs néerlandais ont donc cherché à vérifier l’authenticité d’une telle idée populaire. Ils ont ainsi recruté 24 volontaires âgés en moyenne de 30 ans et les ont divisés en 2 groupes. Le premier devait visionner un film d’horreur (Insidious où des phénomènes paranormaux viennent perturber la vie d’une gentille famille américaine), puis un film éducatif (A year in Champagne, documentaire sur le monde viticole). Pour le second groupe, l’ordre des œuvres cinématographiques était inversé.

Avant et après chaque visionnage, des échantillons sanguins étaient prélevés sur chaque spectateur. Après chaque film, les participants ont également évalué la peur ressentie sur une échelle allant de 0 (pas de peur du tout) à 10 (pires craintes inimaginables).

En aparté, et avant d’aborder l’aspect purement « scientifique », mentionnons tout de même ce spectateur exclu de l’étude qui, par peur des aiguilles et pour se détendre a eu la bonne idée de se gaver de chocolats devant l’écran. Rien n’y a fait, il s’est évanoui au moment de la prise de sang !

Mais revenons à nos chercheurs. Premier constat, bonne nouvelle, les films d’horreur semblent plus effrayants que les films éducatifs ! Mais l’observation la plus intéressante reste celle de l’évolution du taux de facteur VIII, un agent coagulant, dans le sang des spectateurs. Son niveau a augmenté de 57% chez les participants lorsqu’ils se trouvaient devant l’histoire d’exorcisme, contre 14% devant le film plein de bulles.

Si vous aimez vous faire peur sur grand écran, rassurez-vous, vous ne risquez rien. Les scientifiques  ont constaté que cette peur aiguë ne conduit pas pour autant à la formation de caillots sanguins.

Partager cet article