Les footballeurs professionnels, à risque de démence ?

[04 novembre 2019 - 15h42] [mis à jour le 04 novembre 2019 à 15h43]

Pratiquer du football à un niveau professionnel serait associé à un risque augmenté de maladie neuro-dégénérative, donc de démence. Et même à celui d’en mourir. Voici le constat de chercheurs écossais.

Le sport de haut niveau a déjà été associé à plusieurs dangers pour la santé. Le risque de blessures en général et de traumatismes crâniens en particulier, sont notamment bien identifiés. Et les footballeurs ne sont pas épargnés. Cette fois des chercheurs de l’Université de Glasgow, en Ecosse, se sont penchés sur le risque de développer une maladie neuro-dégénérative chez les athlètes du ballon rond. Mais surtout les risques d’en mourir.

Plus de maladies d’Alzheimer et de Parkinson

Pour ce faire, ils ont comparé les causes de décès de 7 676 ex-joueurs de foot professionnels écossais nés entre 1900 et 1976 avec celles de 23 000 individus de la population générale. Résultat, l’incidence des décès dus à des maladies neuro-dégénératives s’est révélée 3,5 fois supérieure chez les anciens pros. Dans le détail, cette incidence était 5 fois supérieure pour la maladie d’Alzheimer, et 2 fois pour la maladie de Parkinson. La cause ? Les chercheurs ne l’évoquent pas mais de précédents travaux avaient déjà souligné l’impact des traumas répétés subis par le cerveau lors des « têtes ».

En revanche, les ex-joueurs professionnels présentaient moins de risque de mourir de maladies cardiovasculaires et de cancers que le reste de la population. Le sport protègerait donc bien la santé physique mais pas mentale.

Partager cet article