Selon des chercheurs britanniques, les infarctus du myocarde tuent plus en hiver qu’en été. Côté explications, ils avancent notamment la responsabilité de la grippe.

Les cardiologues de la Leeds General Infirmary ont comparé les données de 4 056 personnes hospitalisées suite à un infarctus du myocarde au cours de quatre années distinctes. Ils ont ainsi découvert que si le nombre d’accidents est sensiblement le même en été et en hiver, c’est au cours de la saison froide qu’ils sont le plus mortels.  Ainsi, le risque de décéder dans les 30 jours suivant un infarctus survenu entre novembre et avril était de 28% contre 20% entre mai et octobre.

Pour le Dr Arvin Krishnamurthy, principal auteur de ce travail, « il n’y a aucune raison physique pour expliquer que cet accident cardiaque soit plus grave en hiver. » Il rappelle toutefois la responsabilité des infections respiratoires qui, à l’image de la grippe « augmentent le risque d’infarctus du myocarde. »

Partager cet article

SYNDICAT DE LA PRESSE INDÉPENDANTE D'INFORMATION EN LIGNE
Service de Presse en Ligne reconnu par la Commission paritaire des Publications et Agences de Presse (CPPAP) sous le n°0318 W 90885 (article 1er de la loi n° 86-187 du 1er août 1986 portant réforme du régime juridique de la presse)