Les méfaits d’une nuit blanche

[17 novembre 1998 - 11h57]

Le manque de sommeil perturbe: voilà une information qui n’est pas nouvelle, allez-vous penser! Mais savez-vous que le simple fait de passer une nuit blanche entraîne les mêmes effets sur les capacités intellectuelles qu’un taux d’alcoolémie de 0,1% dans le sang? Cette information plutôt inquiétante donne une signification inattendue à l’expression «ivre de fatigue ». Elle ressort d’une étude menée à l’hôpital St. Mary de Londres (Grande-Bretagne), selon laquelle des chirurgiens qui n’ont pas fermé l’œil de la nuit commettent 20% d’erreurs supplémentaires par rapport à des confrères qui eux, ont passé une nuit normale. Histoire de rassurer les patients, nous préciserons comme les auteurs de ce travail que, pour effectuer ces essais, les chercheurs ont utilisé un simulateur de chirurgie.

Au vu de ces résultats, que faut-il penser des autres professions pour lesquelles le manque de sommeil, un temps de repos abusivement réduit ou les heures de sommeil jamais récupérées sont monnaie courante? Conducteurs routiers, travailleurs postés, adeptes (forcés) du système des «trois huit » se trouvent ainsi acculés à une multiplication des risques d’erreurs et d’accidents. Vous qui avez travaillé tout le jour, et bien dormez maintenant! Vous aurez de meilleures chances d’éviter une altération de vos performances cognitives et ses conséquences… Conducteurs routiers, travailleurs postés sont acculés à une multiplication des risques d’erreurs et d’accidents.

Partager cet article