Les ophtalmologistes, vent debout contre « la loi Macron »

[30 septembre 2014 - 14h48] [mis à jour le 30 septembre 2014 à 14h49]

Ce 30 septembre, de nombreuses professions réglementées sont appelées à la grève pour exprimer leur opposition au projet de loi « Croissance et pouvoir d’achat », qui prévoit de réformer leur statut. C’est le cas des ophtalmologistes. Selon eux, la loi du ministre de l’Economie et des Finances, Emmanuel Macron, « autoriserait certains opticiens sans formation médicale à dépister les maladies oculaires et les placerait en position de prescripteurs-vendeurs. »

« Le texte prévoit la création d’une nouvelle profession, les ‘opticiens-optométristes’ », s’indigne le Syndicat national des Ophtalmologistes de France (SNOF). « (Profession) qui pourrait à la fois prescrire et vendre des lunettes et assumerait un rôle de dépistage des affections oculaires, sans formation préalable en faculté de médecine, ni stage clinique ».

Absurde décision pour le Dr Jean-Bernard Rottier qui ne manque pas de s’interroger : « depuis quand Bercy s’arroge-t-il les attributions du ministère de la Santé ? Cela contredit frontalement les récentes décisions des autorités sanitaires en matière d’organisation de la filière visuelle, qui confirmaient le rôle des ophtalmologistes et des orthoptistes pour la prévention et le dépistage. »

Et de poursuivre, « je rappelle que la visite chez l’ophtalmologiste est le seul moyen de dépister des maladies asymptomatiques, aux conséquences parfois irréversibles : glaucomes, rétinopathies, tumeurs cérébrales… Les opticiens-optométristes ne savent pas détecter ces affections oculaires ».

Une coopération renforcée avec les orthoptistes. C’est grâce à cette modernisation initiée par les ophtalmos (en concertation avec la HAS et le ministère de la Santé) que pourra être menée la lutte contre les délais d’attente trop longs. Le tout en garantissant la qualité des soins oculaires des Français. « Ce modèle a vocation à s’étendre rapidement sur l’ensemble du territoire », continue le Dr Rottier. « Mais il se voit aujourd’hui remis en cause par le projet de loi Macron. » C’est pourquoi, les ophtalmologistes s’associent aujourd’hui à la journée nationale de mobilisation contre la loi Macron.

Partager cet article