Une étude récente conduite aux Pays-Bas a exploré le lien possible entre la consommation de produits laitiers et l’arthrose du genou. Résultat, les fromages (dans le cas d’espèces, les fromages hollandais) seraient associés de manière significative à un risque plus faible.

La relation entre les produits laitiers et l’arthrose du genou n’est pas nouvelle. Déjà en 2014, un travail de l’American College of Rhumatology avait montré que la consommation quotidienne de lait demi-écrémé et écrémé pouvait ralentir la progression de l’arthrose du genou chez les femmes. Commentant ces résultats, des membres de l’Association Française de Lutte Antirhumatismale (AFLAR) expliquaient alors que « le lait contient beaucoup de nutriments dignes d’intérêt : calcium, magnésium, protéines, vitamines B et D ».

Dans l’étude qui nous intéresse, des chercheurs néerlandais ont cherché à savoir si des produits dérivés du lait pouvaient présenter un intérêt. Ainsi se sont-ils intéressés au fromage (hollandais bien évidemment type gouda ou edam) et ont étudié les données de plus de 3 000 personnes âgées de 40 à 75 ans. Parmi elle, 427 souffraient d’une arthrose du genou.

Résultat : la probabilité de souffrir d’une gonarthrose était inférieure de 30% chez ceux qui consommaient plus d’une portion et demie de fromage par rapport à ceux qui n’en mangeaient pas.

Pour les auteurs, l’un des éléments susceptibles d’expliquer cette vertu des fromages à pâte dure et semi dure réside dans leur richesse en vitamine K. En effet, plusieurs études ont déjà montré le rôle protecteur de cette vitamine contre la gonarthrose.

Partager cet article