Listériose : une gravité sous-estimée

[01 février 2017 - 16h46] [mis à jour le 01 février 2017 à 16h47]

Chaque année, près de 400 cas de listériose sont déclarés en France. Cette infection essentiellement d’origine alimentaire est provoquée par la bactérie Listeria monocytogenes. Dans la revue Lancet Infectious Diseases, une équipe française vient de publier une étude révélant la gravité de cette affection chez les femmes enceintes et les personnes âgées. Leurs observations devraient permettre en outre de modifier les recommandations actuelles en matière de traitement.

Le Dr Caroline Charlier* a travaillé à partir de la cohorte MONALISA (Multicentric Observational National Analysis on Listeriosis and Listeria). Laquelle se base sur la compilation des cas signalés au niveau national depuis 1998. Deux constats sont ressortis de cette étude.

Décès des deux tiers de patients

D’abord, les deux catégories les plus touchées par la listériose – les femmes enceintes et les personnes de plus de 65 ans – le sont plus durement que les spécialistes le pensaient. Dans le détail, pendant la grossesse, « cette pathologie aboutit à une infection materno-fœtale ou materno-néonatale, sans risque pour la mère, mais très grave pour le fœtus ou le bébé », explique l’auteur. D’ailleurs, « en cas d’infection, seules 5% des grossesses se déroulent normalement ». Le pronostic vital de l’enfant est souvent engagé.

Chez les personnes âgées ou présentant des comorbidités, l’infection entraîne deux types de maladies :

  • Une septicémie, c’est-à-dire une infection du sang ;
  • Une forme neurologique appelée neurolistériose, parfois sous une forme septicémique.

« Nos travaux ont montré que ces pathologies sont plus graves que ce que nous pensions jusqu’alors », souligne le Dr Charlier. Globalement, « 2/3 des patients atteints d’une des formes de listériose décèdent ou conservent des séquelles. »

Des recommandations thérapeutiques à faire évoluer

Autre observation de taille : les traitements actuellement prescrits ne seraient pas les plus efficaces. Ainsi, « des corticoïdes auraient un effet délétère ». Alors qu’à l’inverse, « l’aminoglycoside, un antibiotique n’entrant pas dans la liste des recommandations médicales habituelles, aurait un intérêt thérapeutique évident », poursuit l’auteur.

Une série de découvertes fondamentales pour les patients, qui pourront « dès à présent, être mieux pris en charge », conclut-elle.

*du service des maladies infectieuses et tropicales de l’Hôpital Necker-Enfants malades de l’AP-HP et de l’Unité de Biologie des Infections (Institut Pasteur/Inserm)

Partager cet article