Le CHU de Montpellier recrute des patients atteints de la maladie d’Alzheimer pour tester un tout nouveau dispositif. Ce dernier comprend un casque et un plastron reliés au cerveau et à l’intestin. Explication.

Associant un casque et un plastron abdominal, un appareil actuellement testé au CHU de Montpellier cible en même temps le cerveau et l’intestin. Développé par la société REGEnLIFE, il est actuellement évalué* auprès de patients atteints de la maladie d’Alzheimer.

Lancé en septembre 2019, cet essai inclut des volontaires « âgés de 55 à 85 ans, pendant 25 minutes par jour, 5 jours par semaine, pendant deux mois », détaillent les spécialistes du CHU de Montpellier. Tous souffrent de la maladie « à un stade léger à modéré ».

« Les patients sont évalués par des tests cliniques, neuropsychologiques, et imagerie en IRM pendant 3 mois. » A ce jour, « les patients présentent une bonne acceptabilité du traitement », déclare le Pr Audrey Gabelle, responsable de l’équipe.

Le microbiote intestinal, cible thérapeutique des maladies neurologiques

Ce dispositif non invasif repose sur « l’hypothèse que l’axe cerveau-intestin est impliqué dans le développement de la maladie d’Alzheimer ou du vieillissement cérébral ». Une piste corroborant le lien entre le microbiote intestinal et les maladies neurologiques. « Certaines formes d’émissions électromagnétiques pourraient permettre de prévenir, voire de traiter de manière non invasive cette maladie ».

Vous souhaitez participer ?

Vous ou l’un de vos proches êtes atteints de la maladie d’Alzheimer et souhaitez participer à cet essai ? Contacter l’équipe du Pr Gabelle à l’adresse suivante : etudes-prevention-cmrr@chu-montpellier.fr ou par téléphone au 04 67 33 04 04.

A noter : la maladie d’Alzheimer atteint 1 million de patients en France. Et 225 000 nouveaux cas sont diagnostiqués chaque année. A ce jour, aucun nouveau traitement contre cette maladie neurodégénérative n’est attendu sur le marché.

*L’essai est mené au Centre Mémoire de Ressources et de Recherche (CMRR), du département de Neurologie du CHU de Montpellier

Partager cet article