Manger pour sa santé… avec un budget serré !

[05 juin 2013 - 10h40] [mis à jour le 19 décembre 2013 à 14h57]

Manger sain et pas cher, c’est possible ! ©Phovoir

Sous la pression de la nécessité, de plus en plus de Français privilégient des aliments bon marché bien souvent dépourvus d’intérêt nutritionnel. Or à plus ou moins long terme, leur consommation peut favoriser l’apparition d’un diabète de type 2. Alors même avec un budget serré, comment bien se nourrir et surtout, se nourrir sainement ? Les réponses du Dr Arnaud Cocaul, nutritionniste.

« L’un des problèmes de ceux qui vivent en situation de précarité, c’est d’avoir accès à des aliments de bonne qualité nutritionnelle et bon marché », explique-t-il. Selon lui, il est important de mettre un terme à de nombreuses idées reçues, en matière d’alimentation. « Trop d’idées fausses perdurent et brouillent les messages. Les Français, dans leur globalité, pensent par exemple que s’alimenter de manière équilibrée est obligatoirement synonyme de manger cher. C’est ainsi que les choix alimentaires parmi la population précaire sont la plupart du temps inadéquats. Mais ils sont liés en réalité, à un manque de connaissances ».

Eviter la consommation régulière de sodas et fritures…

Auprès de ses patients en général, et d’autant plus chez ceux qui présentent des facteurs de risque de diabète de type 2, le Dr Cocaul s’attache à inculquer les bons réflexes d’achat. Il leur apprend notamment,  à bien lire les étiquettes dans les grandes surfaces.  « C’est primordial pour bien comparer les produits entre eux, notamment au niveau des graisses et du sucre ». Autre conseil qui peut surprendre, il n’est pas obligatoire de manger tous les jours de la viande ou du poisson. Ces produits en effet, peuvent peser sur un budget. « Ces protéines peuvent parfaitement être remplacées par des protéines végétales, comme celles que l’on trouve dans les céréales. Cela coûte moins cher. »

Enfin de manière générale, le Dr Cocaul insiste sur l’importance d’abandonner certaines habitudes alimentaires extrêmement néfastes, et susceptibles de favoriser l’apparition d’un diabète de type 2. « Il faut en finir avec la consommation quotidienne de fritures, de produits transformés industriels, qui contiennent beaucoup trop de sel caché et de matières grasses. Je dirige souvent mes patients vers les produits bruts ou encore les surgelés, qui pour certains sont d’excellente qualité. Il faut également éviter de consommer quotidiennement des sodas et des jus de fruit, et n’en faire qu’un usage épisodique. »

Ecrit par : Emmanuel Ducreuzet – Edité par : David Picot

Partager cet article