A quel point les réseaux sociaux, et en particulier les vlogeurs (blogueurs sur vidéo) influencent-ils la manière de s’alimenter des plus jeunes ? Une étude britannique révèle l’impact massif de ces nouveaux modes de communication auprès des enfants. Plus la malbouffe est mise en scène dans ces vidéos, plus les petits en consomment.

Le marketing influence fortement les comportements alimentaires, c’est connu. En particulier celui des enfants et des adolescents. Une équipe de la New University of Liverpool au Royaume-Uni a tenté d’évaluer l’impact de la publicité dissimulée dans les vidéos des vlogeurs sur internet. Ces derniers sont suivis par des millions de très jeunes gens chaque jour.

Davantage de calories

Pour le déterminer, Anna Coates et son équipe ont suivi 176 enfants âgés de 9 à 11 ans. Ils ont été répartis de manière aléatoire en 3 groupes distincts. Dans le premier, les participants visionnaient de vidéos de vlogeurs fictifs présentant des images d’aliments gras et sucrés, dans le deuxième, des aliments sains. Dans le dernier, aucun produit alimentaire n’apparaissait dans les vidéos.

Résultat, les enfants du groupe ‘images de malbouffe’ ont consommé 32% de calories issus de produits gras et sucrés ou salés en plus par rapport aux membres des deux autres groupes. « Le marketing des aliments de type malbouffe via les vidéos de vlogueurs augmente immédiatement la prise calorique de mauvaise qualité », conclut Anna Coates.

« Les enfants admirent et imitent davantage ces jeunes  vlogeurs que les stars », conclut-elle. « Il serait donc utile d’encadrer le marketing alimentaire sur ce type de média. »

Partager cet article