Mucoviscidose : deux cibles contre la mutation la plus fréquente

[17 septembre 2013 - 16h57] [mis à jour le 19 décembre 2013 à 14h58]

Cette étude a reposé sur un criblage informatique sur 200 000 molécules. ©EMBO Molecular Medicine

Des chercheurs français ont isolé deux pépites « à fort potentiel thérapeutique » contre la mucoviscidose. Et pour cause, les deux molécules en question ciblent la mutation génétique la plus fréquente, responsable de 70% des cas de cette affection.

La mucoviscidose est causée par des mutations dans le gène codant pour une protéine appelée CFTR, pour Cystic Fibrosis Transmembrane conductance Regulator.  « Actuellement, environ 2 000 mutations du gène conduisant à la maladie sont connues », nous explique le CNRS. « Néanmoins, 70% des cas de mucoviscidose sont dus à une seule mutation appelée ΔF508 » (prononcer delta F508). C’est justement cette mutation que ciblent les molécules qui viennent d’être découvertes.

Ce travail a été réalisé par une équipe internationale menée par des chercheurs de l’Institut fédératif de recherche Necker-Enfants malades (CNRS/INSERM/Université Paris Descartes). Ils ont réalisé un criblage informatique sur… 200 000 molécules. Il en est ressorti 12 susceptibles d’interagir avec une zone spécifique de la protéine mutée.

Les scientifiques ont ensuite testé chacune de ces molécules, in-vitro sur des cultures de cellules humaines, et in-vivo sur des souris présentant la mutation ΔF508. « Ils ont ainsi observé que deux d’entre elles permettent à la protéine mutée ΔF508-CFTR d’être acheminée à la membrane et de remplir son rôle ».

Place aux tests sur la souris

Le chemin vers un éventuel traitement reste toutefois long. Les chercheurs vont désormais travailler sur des souris modèles de la mucoviscidose. L’objectif étant de savoir si « ces deux molécules permettent effectivement de diminuer leur susceptibilité aux infections ». Quant aux tests cliniques sur des patients, ils pourraient démarrer… « dans les années à venir ».

La mucoviscidose est une maladie génétique transmise lorsque les deux parents sont porteurs de la mutation génétique. Elle touche les voies respiratoires et le système digestif. D’après l’association Vaincre la Mucoviscidose, un nouveau-né sur 4 200 en est atteint. Pour tout savoir sur le sujet, rendez-vous sur le site : www.vaincrelamuco.org.

Ecrit par : David Picot – Edité par : Emmanuel Ducreuzet

Partager cet article