Nicolas Dupont-Aignant, « préserver la Sécurité sociale»

[21 février 2017 - 16h25] [mis à jour le 21 février 2017 à 17h59]

Nicolas Dupont-Aignant a présenté sa stratégie en matière de santé à l’occasion du débat organisé par la Mutualité française ce 21 février. Entre autres mesures, le candidat du parti « Debout la République » s’est prononcé contre la privatisation de la Sécurité sociale, pour la revalorisation de la médecine scolaire et en faveur de la hausse du tarif des consultations chez le généraliste.

Pour favoriser l’innovation sur le territoire, le fer de lance est celui de l’investissement national notamment dans la recherche, « en baissant les charges auprès de ceux qui produisent », a expliqué Nicolas Dupont-Aignant à l’occasion de la présentation des programmes de santé, organisée par la Mutualité française ce 21 février. L’idée est « de doubler les subventions allouées à l’Inserm ».

Pour améliorer l’accès aux soins, le candidat propose de passer à un régime de Sécurité sociale unique, en totale opposition avec la privatisation de ce système donc. L’objectif étant de « diminuer le reste à charge et de clarifier le système d’assurances complémentaires ».

Des soins courants mieux remboursés

Côté prévention, la revalorisation de la médecine scolaire est aussi au programme, cette discipline oubliée de la prévention pourtant essentielle dans le dépistage précoce et le recul des comportements à risque. Cette mesure passe par une revalorisation de 15% des salaires des médecins scolaires. La prévention passe aussi par des soins intégralement couverts, pour les prothèses dentaires par exemple.

Concernant l’ophtalmologie, le remboursement sera aussi intégral dans la limite « d’une paire de lunettes tous les 4 ans sur un panel de montures et de verres négociés avec les professionnels de santé et les industriels. Si le patient souhaite renouveler plus vite ses montures, le montant remboursé sera dégressif. Les dispositions permettant le remboursement à 100% d’une paire tous les ans seront ajustées à ce nouveau dispositif ».

Lutter contre les déserts médicaux

Selon le candidat, assurer une meilleure médecine de proximité ne se fera pas sans augmenter d’un tiers le numerus clausus, pour atteindre les 10 000 praticiens formés chaque année. « Il est tellement absurde de croire que l’on va limiter les dépenses de santé en réduisant le nombre de médecins », s’est-il exprimé. « Aujourd’hui on fait venir des médecins de l’étranger, et on empêche les jeunes français d’avoir leur concours alors qu’ils ont la vocation de soigner. » Selon Nicolas Dupont-Aignant, 25% des médecins exerçant en France actuellement sont étrangers. Ce dernier souhaite restreindre progressivement l’installation de ces spécialistes via « des systèmes d’agréments stricts ».

Des mesures incitatives sont aussi au programme pour lutter contre les déserts médicaux. Ainsi une compensation (revenus plus élevés via des diminutions de cotisations d’Urssaf) sera versée aux médecins en contrepartie d’une installation dans une zone de désert médical. Nicolas Dupont-Aignant entend par ailleurs monter le prix de la consultation à 35 euros.

Et contre la perte d’autonomie ?

Autre point, le candidat entend créer deux nouvelles causes nationales, l’une pour le domaine du handicap l’autre pour la dépendance. Concernant le handicap, un plan de 5 milliards d’euros devrait venir améliorer la prise en charge, et l’Allocation aux Adultes Handicapés (AAH) sera augmentée de 200 euros pour atteindre 1008,46 euros.

Pour mieux accompagner les patients confrontés à la perte d’autonomie, le candidat propose l’ouverture de maisons publiques de la dépendance. Mais aussi de favoriser le maintien à domicile et d’améliorer la prise en charge en EHPAD. Dans ces établissements, il s’agit « d’augmenter les effectifs des aides-soignants et des aides médicaux psychologiques, de mettre en place quelques lits de soins palliatifs avec présence d’une infirmière toutes les nuits ».

Retrouvez l’intégralité du programme santé de Nicolas Dupont-Aignant, candidat Les Républicains, en cliquant ici.

Partager cet article