Noël : 5 idées pour sortir les enfants du tout-écran

[14 novembre 2019 - 10h46] [mis à jour le 14 novembre 2019 à 10h47]

Smartphones, tablettes ou consoles… A quelques semaines de Noël, difficile d’échapper aux écrans dans les catalogues et les rayons jouets des magasins. Et pourtant, des alternatives existent. Petit tour d’horizon des cadeaux garantis sans écran pour les enfants de 3 à… 77 ans. Sans sacrifier à la modernité.

Les études alertant sur l’impact des écrans sur le développement cérébral des enfants se suivent et se ressemblent. Il est donc urgent de se pencher sur les autres options de cadeaux, et elles existent. Parfois, elles sont même high tech… Suivez le guide !

Histoires à écouter

Qu’ils s’appellent Lunii ou La Conteuse merveilleuse, ces appareils sans écran ni ondes reposent plus ou moins sur le même principe : il suffit de sélectionner un héros, un lieu, un objet… pour composer une histoire grâce à un appareil qui ressemble aux radios de notre enfance (Lunii). Ou de secouer dans tous les sens un joli cube aux couleurs vintage (La Conteuse merveilleuse). Et c’est parti pour des heures d’histoires et/ou de comptines qui nourriront l’imaginaire des enfants de 3 à 8 ans. Ce qui ne gâche rien : les start up à l’origine de ces concepts sont françaises.

Musique connectée

C’est l’OMS qui le dit : outre le développement cérébral de l’enfant, la sédentarité est l’autre problème posé par les écrans. Alors, on les fait bouger, et en musique s’il vous plaît ! Problème : la sélection des chansons passe (encore) par les écrans. Ou pas : l’enceinte connectée (belge) Jooki permet de faire l’impasse. Dès 3 ans, l’enfant pose une petite figurine sur le support tout rond, et en avant la musique (et aussi les comptines et les histoires), préalablement téléchargées par les parents. Bonus : le niveau sonore est ajusté par les parents. Re-bonus : l’enceinte a une autonomie de huit heures.

Tradition et modernité

Livres, puzzles, jeux… Utiliser des supports traditionnels avec un lecteur interactif qui prend la forme d’un gros stylo, c’est le pari de Ravensburger, l’un des acteurs historiques des jeux éducatifs. En pointant son lecteur tiptoi® (c’est son petit nom) sur un texte ou une image, l’enfant (dès 4 ans) va entendre des sons, découvrir des informations, de la musique ou des personnages. Mention spéciale pour le globe interactif : à partir de 7 ans, l’explorateur en herbe peut découvrir des milliers d’informations sur 197 pays, sans bouger de chez lui. Efficace.

Histoires à recevoir

Qui a dit que le courrier postal était en voie de disparition ? Certainement pas les créateurs alsaciens d’Epopia, qui ont développé un jeu de rôle pour les enfants, par courrier postal interposé. En clair, les enfants deviennent les héros de leur propre récit : ils reçoivent un premier courrier qui les plonge dans un univers précis (royaume, réserve naturelle…), et de leur réponse dépendra la suite de l’histoire. En tout, une douzaine de courriers sont échangés en un an. L’enfant de 5 à 10 ans lit, écrit, et surtout, se passionne et s’implique.

Jouer en famille

Autre mastodonte du jeu, Hasbro innove avec son Monopoly-qui-parle. Ou plutôt : Monopoly Voice Banking. Comment ça marche ? A la voix : vous lancez vos dés, vous annoncez que vous voulez acheter la rue de la Paix, l’enceinte connectée en forme de chapeau enregistre l’information et la valide oralement, si toutefois vous avez assez d’argent. Mauvaise nouvelle en revanche pour les tricheurs invétérés (on vous voit) : plus de billets dans cette version 2019 du Monopoly (à découvrir à partir de 8 ans). Et pour les parents qui voudraient appâter leurs enfants vraiment accros à la console : il existe une version Fortnite (non connectée) du Monopoly…

A savoir : S’il est préférable de restreindre l’accès aux écrans pour les enfants, il est aussi possible les accompagner dans leur découverte. Des stages de codage, programmation, montage… sont proposés ici, ici, ici ou encore ici, et puis .

Partager cet article