L’OMS annonce l’envoi de 100 000 traitements antipaludiques au Niger. Le pays aborde la saison du paludisme sur fond de crise humanitaire, suite à l’insuffisance de la pluviométrie et aux ravages des récoltes par le criquet pèlerin.

Les traitements expédiés sont des associations médicamenteuses comportant de l’artémisinine. Le produit le plus efficace contre le paludisme à falciparum, la forme la plus mortelle de la maladie. Aujourd’hui, plus de 100 000 petits Nigériens sont en danger de mort.

Au Niger,  » le paludisme constitue pour l’enfant une menace aussi grande que la faim  » souligne le Dr Fatouma Nafo-Traoré, de l’OMS. Mais le pire, c’est la combinaison des deux, famine et paludisme. La malnutrition rend en effet le diagnostic de la maladie problématique, car ses symptômes sont alors plus difficiles à reconnaître…

Pour lutter efficacement contre ce fléau, l’OMS a dépêché sur place une équipe d’experts pour former 40 agents de santé. Et pour prévenir la maladie, 50 000 moustiquaires imprégnées d’insecticides sont également en route vers le Niger.

Partager cet article