Décrire les pathologies, le lieu de décès, les hospitalisations et les recours aux soins palliatifs hospitaliers l’année précédant le décès. C’est la tâche à laquelle se sont attelé des chercheurs français*. Leur objectif, à terme, guider les politiques de santé sur la fin de vie. Ainsi ont-ils observé que les malades du cancer sont les premiers à bénéficier des soins palliatifs.

L’étude retranscrite dans la dernière livraison du Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) a permis d’inclure près de 350 000 personnes, soit un peu plus de 60% des décès en France en 2013. Résultat, l’âge moyen des décès était de 77 ans. Dans près de deux tiers des cas, la mort est survenue lors d’une hospitalisation et en Etablissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) dans 13% des cas. La proportion des décès à domicile est quant à elle estimée à 26%. Des résultats similaires à la moyenne nationale.

Aider la réflexion sur la fin de vie

Notons que l’année précédant le décès (en l’occurrence en 2012), 84% avaient été hospitalisés au moins une fois.

Par ailleurs, 1 patient sur 3 a bénéficié de soins palliatifs hospitaliers. Un chiffre qui s’établit à 1 sur 2 lors d’un cancer (et même 2 sur 3 dans le cas d’un cancer du poumon).

Ce recours aux soins diffère ainsi considérablement en fonction des pathologies : 24% des patients ayant connu un accident vasculaire cérébral aigu en ont bénéficié, 23% pour une sclérose en plaques, 18% pour une maladie de Parkinson, 17% pour une insuffisance cardiaque…

Un premier état des lieux qui, selon les auteurs « doit être affiné ». Mais pour les chercheurs, « dans un contexte de réflexion autour de la fin de vie, ces résultats doivent permettre d’élaborer des indicateurs, d’apporter des éclairages selon différents axes spécifiques (pathologies…) afin de guider les politiques de santé sur la fin de vie. Il est aussi nécessaire de développer la connaissance en vie réelle de l’ensemble du processus de fin de vie avec les transitions entre les différents lieux de soins. »

*Caisse nationale d’assurance maladie des travailleurs salariés (CnamTS), Centre national des soins palliatifs et de la fin de vie, Département douleur/soins palliatifs et service de gériatrie, CHU de Besançon.

Partager cet article