Pédopsychiatrie : la Samotobile, une machine pour sortir du quotidien

[19 septembre 2016 - 13h50] [mis à jour le 19 septembre 2016 à 15h36]

Une structure en métal, une roue de vélo, deux klaxons, une lampe torche et plein d’autres éléments. La Samotobile ne ressemble à aucun autre véhicule. Et pour cause ! Créée par 5 adolescents suivis en pédopsychiatrie à l’hôpital de jour Samothrace du CHU de Nantes et deux créateurs de la compagnie la Machine, elle est unique. Et ne sert qu’à… faire rêver ! Un projet culturel de construction inscrit dans le soin psychiatrique de ces jeunes en souffrance.

En appuyant sur l’interrupteur, la machine se met en route. Pas vraiment en marche parce qu’elle est fixe, mais elle souffle, tourne, fait du bruit. La Samotobile a été imaginée par 5 adolescents suivis à l’hôpital de jour de l’hôpital Saint Jacques du CHU de Nantes, avec l’aide de deux créateurs de la compagnie La Machine. Un travail d’une année, à raison d’une douzaine de séances dans un atelier de la compagnie. L’occasion de « sortir de leur quotidien », souligne Stéphane, un de leurs infirmiers.

Un travail collaboratif

Ces adolescents âgés de 15 à 18 ans sont confrontés à des souffrances variées. « Un empêchement d’aller vers l’extérieur, vers l’autre. Et de se projeter dans l’avenir », décrit Stéphane, infirmier à Samothrace. Ce projet leur a ouvert un horizon plus large. « Au-delà du résultat –qui est très chouette – le projet a permis à ces jeunes de sortir de leur quotidien pour venir à l’atelier et de faire confiance à une équipe », raconte Laurette Guillou de la Compagnie La Machine.

La Samotobile est aussi une belle récompense pour ces enfants qui ont tant besoin de se sentir valorisés. « En mettant en action leur imagination, en partageant leurs idées et en collaborant avec les autres, ils ont appris beaucoup », souligne Stéphane. « L’un disait ‘j’ai trouvé une hélice, est-ce qu’on pourrait la mettre quelque part ?’ Et une fois placée et en fonctionnement, ‘elle tourne, ça fait de l’air, elle pourrait propulser quelque chose ?…’ », décrit-il. Et ainsi de suite est née la machine rêvée par les enfants.

Le travail collaboratif des ados et des créateurs, avec les soignants a permis le succès de ce projet. Lequel prodiguera jusqu’au 14 octobre « un peu de rêve à l’hôpital ». La Samotobile est en effet exposée dans le Hall de l’accueil de l’Hôtel Dieu du 12 au 22 septembre 2016. Elle sera ensuite transférée dans la salle de la Providence à l’hôpital Saint-Jacques du 22 septembre au 3 octobre, puis dans le hall de l’hôpital Nord Laennec du 3 octobre au 14 octobre 2016.

Partager cet article

Aller à la barre d’outils