En mai dernier, la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, avait lancé un grand chantier sur la prise en charge des personnes âgées dépendantes. Dominique Libault, président du Haut conseil au financement de la protection sociale, vient de lui remettre 175 propositions très concrètes, comme une baisse du reste à charge en EHPAD.

Le vieillissement de la population lance un défi. Celui du bien vieillir. Car si la France compte parmi les premiers pays d’Europe en termes d’espérance de vie, il n’en va pas de même pour ce qui est de l’espérance de vie en bonne santé.

En mai 2018, Agnès Buzyn a lancé une feuille de route pour trouver des solutions durables. Une grande concertation a alors été organisée, réunissant les acteurs du grand âge. Plusieurs constats ont pu être dressés, notamment :

– Des EHPAD* pas assez nombreux face à la hausse du nombre de personnes âgées ;

– Des systèmes d’accompagnement jugés trop compliqués ;

– Une mauvaise reconnaissance des aidants ;

– Un manque d’investissement dans la prévention de la perte d’autonomie ;

– Des métiers du grand âge peu attractifs…

Toutes ces observations ont donné naissance au rapport « Grand âge et autonomie ». Très exactement 175 propositions pour améliorer le futur de nos aînés.

Baisse du reste à charge en EHPAD

1 850 euros par mois. C’est le reste à charge moyen après aides et réduction d’impôt pour une personne âgée en perte d’autonomie vivant en EHPAD. Le rapport prévoit une baisse de ce reste à charge mensuel de 300 euros pour les personnes modestes gagnant entre 1 000 et 1 600 euros par mois. Mais aussi un « bouclier autonomie » serait par ailleurs mis en place, et annulerait le reste à charge au-delà de 4 années « pour tous les résidents en situation de perte d’autonomie lourde ». Des efforts louables mais encore insuffisants pour de nombreuses personnes âgées.

Aider les aidants

Les aidants ne sont pas oubliés puisque le rapport prévoit « l’indemnisation du congé de proche aidant et la négociation obligatoire dans les branches professionnelles pour mieux concilier sa vie professionnelle avec le rôle de proche aidant ». Est également prévu un soutien financier de 550 millions d’euros pour les services d’aide et d’accompagnement à domicile…

Attirer les jeunes

Les auteurs notent aussi l’intérêt d’un plan national en faveur de l’attractivité des métiers du grand âge. « Les effectifs doivent augmenter pour accroître le temps de présence à proximité de la personne. » Il est ainsi proposé de financer une hausse des effectifs en établissement, à travers une augmentation de 25% du taux d’encadrement en EHPAD. « Cet accroissement représente une hausse de 13 équivalents temps plein pour 100 résidents par rapport à la situation de 2015. »

Aider les personnes âgées à se sentir mieux

Pour que la personne âgée reste citoyenne à part entière, une série de mesures ont été avancées pour améliorer son cadre de vie. A commencer par un plan de rénovation des locaux des EHPAD ou encore des aides au maintien à domicile.

*Etablissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes

Partager cet article