Pesticides : les Français les utilisent mal

[07 octobre 2019 - 13h59] [mis à jour le 07 octobre 2019 à 14h00]

L’utilisation des pesticides ne concerne pas uniquement les agriculteurs et les professionnels des espaces verts. Les particuliers constituent une part non négligeable des consommateurs de ces produits nocifs. Les résultats d’une étude de l’Anses fournissent une vision plus claire de ces usages. Méconnaissance de la sécurité et des moyens d’élimination des produits entre autres révélations.

Les Français utilisent-ils beaucoup de produits pesticides dans les habitations, les jardins ou encore pour traiter les animaux domestiques ? Comment les emploient-ils ? Comment les stockent-ils ? L’étude Pesti’home* de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) fournit une série de données sur le mode d’usage de ces substances chimiques à domicile. Au total, plus de 5 400 produits employés par les particuliers ont été identifiés.

75% des ménages

Parmi les enseignements tirés de cette étude, une utilisation répandue. Ainsi, « 75% des ménages ont utilisé au moins un produit pesticide dans les 12 mois précédant la date de l’enquête », révèle l’Anses. Et tous les produits disponibles à la vente sont concernés.

Les insecticides occupent la première place avec 84% des ménages ayant utilisé des pesticides dans l’année. Il s’agit principalement de biocides utilisés contre les insectes volants et les insectes rampants. Mais aussi des médicaments vétérinaires pour lutter contre les parasites des animaux de compagnie. « La moitié des utilisateurs d’insecticides en utilisent au moins 3 fois par an », souligne l’Anses.

Autres substances largement employées : les herbicides et les produits contre les maladies des plantes d’extérieur, utilisés respectivement par 22% et 20% des foyers ayant un espace extérieur (jardin, terrasse, balcon).

Enfin, « les répulsifs cutanés humains, tels que les anti-moustiques (sont utilisés) au moins 6 fois par an pour la moitié des ménages et plus de 25 fois par an pour un quart (d’entre eux) ».

Mode d’emploi éludé, élimination inadaptée

Il y a les quantités de pesticides utilisés, mais aussi le mode d’emploi et les moyens de s’en débarrasser. Dans ces deux domaines, le constat est inquiétant.

« Les précautions d’emploi des pesticides à la maison (ne sont) clairement pas assez connues et donc suivies », indique l’Anses. « Par exemple, environ un tiers des ménages ne lit jamais les indications des emballages des anti-acariens et anti-rongeurs et un quart d’entre eux ne les lit jamais pour les produits contre les insectes volants et rampants. »

Autre révélation : « les utilisateurs ne savent pas suffisamment comment se débarrasser des produits. A titre d’exemple, 60% des ménages jettent leurs produits inutilisés à la poubelle et seulement 31% les déposent à la déchetterie », poursuit l’Agence.

Par conséquent, il est nécessaire « de mieux informer le grand public sur les conditions d’utilisation des pesticides à domicile, tous produits et usages confondus », recommande-t-elle. Et « les collectivités locales (devraient diffuser) les informations et conseils pratiques pour éliminer les produits qu’ils soient anciens, usagés ou interdits ».

*L’étude a été réalisée en France métropolitaine en 2014 auprès d’un échantillon représentatif des ménages répartis sur l’ensemble du territoire. Au total, 1507 ménages ont participé à l’enquête, basée sur un questionnaire et un inventaire à domicile des produits stockés

Partager cet article