Le 9 octobre dernier, le CHU d’Angers déclenchait son Plan Blanc après que des ouvriers agricoles aient été exposés au metam sodium, un produit phytosanitaire provoquant des irritations des voies oculaires et respiratoires. D’autres cas ont depuis été signalés. C’est pourquoi le gouvernement a décidé de suspendre pour 3 mois l’utilisation de ce produit.

Trois séries de cas d’intoxication touchant des riverains ou employés d’exploitations agricoles sont survenus ces deux dernières semaines dans le Maine-et-Loire à la suite de l’utilisation de produits phytopharmaceutiques à base de métam-sodium. L’une d’entre elles a déclenché le Plan Blanc du CHU d’Angers. Un quatrième cas d’intoxication a également été signalé dans le département du Finistère.

Le gouvernement a d’ores et déjà demandé à l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) de faire la lumière sur ces intoxications. Dans l’attente, les ministres de la Transition écologique et solidaire, de la Santé, de l’Economie et des Finances, de l’Agriculture et de l’Alimentation, ont décidé de suspendre par arrêté « l’utilisation de produits phytopharmaceutiques à base de metam sodium pour une durée de 3 mois ».

Un réel risque pour la santé !

Le metam sodium est un pesticide utilisé notamment par les producteurs de mâche. Selon les autorités sanitaires, il fait partie des substances actives les plus préoccupantes pour la santé et l’environnement identifiées dans le plan d’actions national sur « les produits phytopharmaceutiques et une agriculture moins dépendante aux pesticides ». L’Anses devra en outre se prononcer fin novembre sur l’utilisation de ce produit.

Partager cet article