Les modalités de délivrance de la « pilule du lendemain » dans les collèges et lycées par les infirmeries scolaires sont désormais simplifiées. Celles –ci entrent dans le cadre de la loi de modernisation de notre système de santé du 26 janvier 2016.

Concrètement, la condition de « détresse » des élèves demandant une contraception d’urgence, exigée jusqu’ici par la loi, est supprimée. « Cela permettra de réduire les délais d’accès à la pilule du lendemain et de faciliter le recours à celle-ci dans les établissements du second degré », détaille le ministère.

Cette mesure s’inscrit dans la continuité des décisions prises par Marisol Touraine depuis 2012 :

  • Les moyens de contraception sont gratuits pour les mineures de plus de 15 ans ;
  • Il n’y a plus d’avance de frais pour les consultations ou les examens de biologie liés à la contraception ;
  • La contraception d’urgence est gratuite pour les étudiantes ;
  • Enfin la TVA sur les préservatifs a été baissée à 5% (au lieu de 10%).

Par ailleurs, avant l’été, le prix des consultations liées à la contraception des mineures de plus de 15 ans sera pris en charge à 100% par l’Assurance-maladie.

Partager cet article