Prostate : un tchat pour tout savoir

[17 septembre 2018 - 10h31] [mis à jour le 17 septembre 2018 à 10h39]

La prostate reste un organe particulièrement méconnu du grand public. À l’occasion de la 14e Journée européenne de la Prostate le 20 septembre prochain, l’Association française d’Urologie (AFU) propose un tchat Facebook à destination des patients. Au programme, les maladies de cet organe, l’hypertrophie bénigne de la prostate et les complications mictionnelles.

Parler de prostate évoque immanquablement le cancer. Mais cela renvoie également à bien d’autres questions. C’est pour cette raison que l’AFU organise le 20 septembre un tchat sur Facebook à l’occasion de la 14e Journée européenne de la Prostate.

Plusieurs urologues répondront ainsi aux questions posées en ligne par les patients. « Cette année marque la volonté de ne pas restreindre la discussion au seul cancer », souligne le Dr Castagnola, vice-président de l’AFU. « Le format tchat permet en effet à certains patients d’obtenir des réponses à des interrogations qui n’auraient pas suffi à les conduire jusqu’au cabinet médical. »

Inciter à consulter

Le format anonyme permet aux internautes de lever les tabous et poser leurs questions librement. Toutefois, comme il n’a pas vocation à remplacer une consultation médicale, le format tchat a également pour but de rediriger le patient vers une réelle prise en charge. « Le tchat apparaît alors pour certains comme un facteur de déclic, d’autant que la discussion se termine parfois en privé », précise le Dr Castagnola.

Enfin, cette initiative permettra aussi aux proches des hommes concernés de s’exprimer, et en particulier les femmes qui pourront ensuite les inciter à consulter. « Le fait de cibler les femmes est important, car nous savons que les hommes sont de mauvais acteurs de leur propre santé », note le Dr Castagnola.

A noter : Outre les posts écrits, de courtes séquences vidéo répondant à des questions d’ordre général sur la prostate, seront tournées en amont et postées sur la page Facebook @Urofrance.

Partager cet article