Prothèse de hanche : une chirurgie ultra-précise à l’aide d’un robot

[08 janvier 2019 - 16h10] [mis à jour le 08 janvier 2019 à 17h02]

La pose de prothèse de hanche sera désormais plus précise que jamais. Pour la première fois en France, une équipe nîmoise a bénéficié de l’assistance du robot Mako dans cette opération délicate. Les données d’imagerie du patient enregistrées en amont de l’intervention permettent en outre de prévoir les potentiels problématiques de manière personnalisée.

L’utilisation de robots d’assistance chirurgicale est de plus en plus répandue. En matière d’implantation de prothèses de hanche, une première française s’est déroulée en décembre au CHU de Nîmes. Ainsi un patient a bénéficié d’une pose de prothèse totale de hanche.

Le robot guide le chirurgien

En pratique, 15 jours avant l’intervention, des données d’imagerie par scanner sont intégrées dans le robot baptisé Mako. Celles-ci permettent au chirurgien de planifier l’opération en détail. Laquelle est ensuite réalisée avec l’aide du robot et la participation d’un ingénieur qui modélise en direct les données anatomiques du patient. « L’assistance robotisée permet […] une implantation plus précise et reproductible des différents composants prothétiques », précisent les médecins.

De plus, « les données anatomiques du patient saisies à l’avance évitent les malpositions d’implants et réduisent les risques secondaires de luxations, d’usures, de descellements ou de conflits avec les muscles entourant la prothèse », ajoutent les chirurgiens.

Grâce à cette méthode, il est possible de parvenir à « une implantation de la prothèse avec un degré de précision jamais atteint jusqu’alors », se félicite le Pr Pascal Kouyoumdjian, chef du service de Chirurgie orthopédique du CHU de Nîmes (CHUN). Toutefois, si « ce robot permet de programmer le geste chirurgical, […] le robot ne se substitue pas au chirurgien » précise-t-il.

Partager cet article