Quels sont les impacts de la dépression d’un père ou d’une mère sur le développement de l’enfant ? Des médecins américains mettent en évidence une relation entre la présence de cette affection au sein de la famille et les résultats scolaires des plus jeunes. 

Le Pr Brian Kee et ses collègues de la Drexel University School of Public Health de Philadelphie ont travaillé à partir d’une base de données suédoise. Elle comportait 1,1 million d’enfants nés entre 1984 et 1994. Pour chacun d’entre eux, ils ont vérifié la présence ou non d’une dépression chez le père et/ou la mère. Que la maladie ait été diagnostiquée juste avant la naissance ou après bien sûr. Au final, 34 000 pères et 23 700 mères ont été retenus dans leur échantillon.

Les scientifiques se sont ensuite penchés sur les bulletins de note des enfants en question, suivis jusqu’à l’âge de 16 ans. « Nous avons constaté que les résultats étaient globalement moins performants chez ceux dont les parents avaient subi ou souffraient d’une dépression », explique Brian Kee. Avec semble-t-il, un impact encore plus fort sur les résultats lorsque la maman est touchée.

Ce constat est-il suffisant pour établir un lien de causalité ? Vraisemblablement pas. Les résultats de ce travail observationnel doivent désormais être confrontés à ceux d’études à venir. Les auteurs ont en effet relevé des limites à leur travail comme le fait que la dépression soit une maladie particulièrement sous-diagnostiquée.

Partager cet article