Quand les seniors visent le retour à l’activité physique

[12 février 2010 - 10h12] [mis à jour le 19 décembre 2013 à 16h45]

La vie professionnelle, les obligations familiales… et bien souvent le manque de motivation vous ont peut-être éloigné pour un (long) temps des terrains de sport. A moins que cela n’ait jamais été « votre truc ». Pourtant, il n’est jamais trop tard. S’y (re)mettre après 50 ans, c’est possible !

Passage obligé, la visite médicale! Adressez-vous à votre médecin traitant ou un médecin du sport. Il vous prescrira une « révision » complète, à la recherche de facteurs de risques cardiovasculaires ou d’antécédents familiaux… Le plus souvent – mais systématiquement pour les fumeurs –il demandera aussi un test d’effort.

Bien choisir son activité. Pour que la motivation ne s’émousse pas avec le temps, évitez de former un choix pour de « mauvaises raisons ». N’optez pas pour un sport parce qu’il est réputé favoriser la perte de poids par exemple, ou parce que votre partenaire le pratique déjà. L’activité physique doit être ludique avant tout. Là encore, le médecin traitant jouera un rôle essentiel : il saura vous conseiller en fonction de vos antécédents médicaux:

– La natation et l’aquagym sont accessibles à tous. Pratiqués « en apesanteur », elles allègent les tensions musculaires et articulaires. Si vos conditions de vie s’y prêtent, pensez aussi à la randonnée subaquatique et à la nage palmée ;
– Un petit tour à bicyclette ? C’est possible, sauf en cas de problèmes de vue et/ou d’audition. Et sauf si vous souffrez d’arthrose ou d’autres problèmes articulaires ;
– Eh bien dansez maintenant… Car la danse est excellente pour améliorer la coordination neuromusculaire, idéale pour « évacuer » le stress. A déconseiller en revanche, en cas d’ostéoporose ou de troubles de l’équilibre ;
– Certains sports enfin, exigent une excellente forme physique. Le ski alpin et le ski de fond sollicitent énormément le système cardiovasculaire. A éviter si vous n’en avez jamais fait.

Commencez en douceur ! Inutile de rechercher la performance à tout prix, surtout au début ! Si vous vous entraînez régulièrement, vous progresserez automatiquement. Les fumeurs, plus exposés au risque cardiovasculaire, devront y aller plus doucement. « Les anciens grands sportifs et sportifs de haut niveau doivent eux aussi faire très attention », insiste Gilles Nazarre, médecin du sport à Pessac, en Gironde. « Ceux-là ont tendance à oublier leur âge, leur condition physique. Dans leur tête, ils sont toujours des champions et n’ont peur de rien. Ils se lancent à fond dès le départ. Et l’infarctus n’est pas loin… »

Pour plus de renseignements, consultez le guide Sport Senior Santé, paru aux Editions LBM ; 9,90 €, et rendez vous sur le site de la Fédération française de Retraite sportive.

Partager cet article