Les préparations coliques utilisées dans le cadre des explorations radiologiques et endoscopiques du côlon nécessiteront désormais une prescription. En cause, des signalements d’effets indésirables liés à un mésusage de ces substances.

A la suite des résultats d’une enquête française de pharmacovigilance sur les préparations coliques, l’Agence nationale de Sécurité du médicament (ANSM) indique que ces produits seront désormais tous soumis à prescription médicale.

En cause, « des troubles hydro-électrolytiques survenant parfois dans un contexte de mésusage pouvant être à l’origine de décompensation cardiaque, de troubles du rythme ou de troubles neurologiques », note l’ANSM. « Des manifestations allergiques ont également été mises en évidence, ainsi qu’un risque d’atteinte rénale, notamment avec les laxatifs phosphatés et sulfatés. »

Attention déshydratation

« Les préparations coliques sont indiquées pour les explorations radiologiques et endoscopiques du côlon. Certaines spécialités sont également indiquées pour la préparation à la chirurgie colique », poursuit l’Agence. « Il est important de rappeler que les préparations coliques ne sont pas indiquées dans le traitement de la constipation, excepté NORMACOL, lavement. »

Pour rappel, « il est important de bien respecter les conseils d’hydratation et le délai entre la dernière ingestion de liquide et le début de l’anesthésie générale, le cas échéant », précise l’ANSM.

Partager cet article