Recettes Pompettes : une émission « hors la loi » ?

[14 février 2017 - 12h37] [mis à jour le 14 février 2017 à 12h41]

Pur produit de divertissement, l’émission « Recettes Pompettes » diffusée sur la plateforme Youtube entre en contradiction totale avec les principes de la loi Evin. Depuis 2015 en effet, le caractère incitatif de la consommation d’alcool – et tout récemment de cannabis – ne fait pas dans la demi-mesure. Saisi par l’ANPAA*, le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) doit se prononcer sur le droit à la diffusion de cette émission produite par les studios Bagle Production, une succursale de la chaîne Canal +.

Depuis 2015, les « Recettes Pompettes » et son animateur Monsieur Poulpe proposent des séquences filmées de stars en train de cuisiner tout en consommant de l’alcool. L’objectif pour un maximum d’audience : atteindre l’ivresse avant la fin de l’émission. Et le 9 février, une autre barrière a été franchie : l’invité en question, Guillaume Canet, est allé jusqu’à fumer un joint de cannabis sur le plateau.

« ‘Créer pour détourner la loi Evin’, l’expression employée par Monsieur Poulpe est forte mais révèle bien la stratégie employée par les créateurs des Recettes Pompettes », atteste le Dr Bernard Basset, vice-président de l’ANPAA. Celle de contrer l’interdiction – datée de 1991 – de diffuser les messages à caractère publicitaire sur les boissons alcoolisées en France. Or entre ce divertissement et la publicité il n’y a qu’un pas.

Eloge des drogues légales et illégales

« Cette démarche est clairement un éloge de l’ivresse et de la consommation de substances illicites ». Le contenu « nuit gravement à tous ceux qui militent pour une réflexion objective et dépassionnée sur le statut du cannabis et sa régulation ». Il va totalement à l’encontre de la prévention axée sur la réduction des risques et la connaissance de l’impact des drogues légales et illégales sur l’organisme.

Ce programme entre aussi en contradiction avec la vision des acteurs et politiques favorables à la légalisation du cannabis. Une position défendue par l’ANPAA, mais aussi par Benoît Hamon, candidat PS à la présidentielle. « Légaliser ne veut pas dire inciter à la consommation d’un produit psychoactif, bien au contraire. Légaliser signifie informer et contrôler », argumente l’association. L’objectif étant de diminuer les risques liés à la circulation souterraine de produits stupéfiants, d’autant plus nocifs pour la santé qu’ils sont de plus en plus transformés. Autre priorité, favoriser une politique de réduction des risques plus que le pur interdit pour aller vers une maîtrise voire un arrêt des consommations.

Du tort à la prévention

Mais comment ce problème juridique peut-il se démêler ? Les « Recettes Pompettes » pourraient-elles continuer à échapper à la réglementation audiovisuelle classique ? Pas si sûr, le caractère incitatif et illégal de cette émission a en effet poussé l’ANPAA à demander plus de régulation du média internet en saisissant le CSA. « Autorité qui a confirmé sa compétence, il y a un mois, à juger du maintien ou de l’interdiction de ce programme », souligne le Dr Basset. Aucune date n’est connue concernant l’avis du CSA. « Mais en soi sa préoccupation sur cette question constitue déjà une victoire ». Et « contredit la parole des producteurs selon lesquels le CSA n’était pas compétent pour se prononcer ».

A noter : Le 3 décembre 2016, le CSA avait prononcé une « mise en garde de l’éditeur ». Et en avril 2016, Marisol Touraine, ministre en charge de la santé, s’était positionnée en faveur de l’abandon de ce programme allant totalement à l’encontre des campagnes de prévention menées contre les conduites à risques chez les jeunes.

*Association nationale de Prévention en Alcoologie et en Addiction

Partager cet article