En octobre 2016 ouvrait à Paris l’Espace Gaia, première salle de consommation à moindre risque en France, autrement appelée « salle de shoot ». Objectif : réduire les risques pour les usagers de drogues ou encore diminuer la présence de seringues sur l’espace public. Six mois après, l’heure d’un premier bilan est venue.

Hier, 21 mars, se tenait à l’hôtel de ville de Paris une réunion, placée sous l’égide de l’Agence régionale de Santé Ile-de-France, afin d’évaluer la pertinence de l’Espace Gaia, salle de shoot implantée dans l’enceinte de l’hôpital Lariboisière à Paris.

Résultat, en 6 mois, 24 200 passages ont été enregistrés pour 550 usagers. Ouvert 7j/7j de 13h30 à 20h30, cet espace a permis à 153 usagers  d’être soignés (plaies, abcès…) ou orientés vers des traitements de substitution, alors que 89 ont fait l’objet d’un accompagnement social.

60% de seringues en moins

Les relevés mensuels de collecte de seringues dans l’espace public attestent quant à eux d’une diminution importante aux abords immédiats de la salle. Moins 60% rue Maubeuge (ou se trouve la salle). Et moins 40% dans les sanisettes du quartier.

« Un bilan positif », pour la Mairie de Paris. Même si ce dispositif avait suscité la crainte de plusieurs riverains, « les abords de l’Espace Gaïa n’ont été depuis son ouverture le théâtre que d’un seul incident (une rixe impliquant des usagers) », rassurent élus et médecins.

Partager cet article