Les travaux réhabilitant les produits laitiers semblent se multiplier. Dernière étude d’envergure en date, celle de chercheurs canadiens qui montre que la consommation de trois portions de produits laitiers entiers par jour est associée à des taux plus faibles de maladies cardiovasculaires et de mortalité toutes causes confondues. Les résultats sont publiés dans la revue The Lancet.

Les maladies cardiovasculaires sont la principale cause de mortalité dans le monde. Les chercheurs de l’Université McMaster au Canada expliquent que pour lutter, « la consommation de produits laitiers ne devrait pas être découragée mais au contraire encouragée. »

Pour parvenir à ce conseil, les auteurs se sont appuyés sur l’étude Prospective Urban Rural Epidemiological (PURE) qui inclue plus de 136 000 participants âgés de 35 à 70 ans et originaires de 21 pays (représentatifs des 5 continents). Les apports alimentaires de chacun ont été passés au peigne fin. Au cours du suivi qui a duré 9 ans, 6 796 décès ont été enregistrés ainsi que 5 855 événements cardiovasculaires majeurs.

Les résultats sont sans équivoque : ceux qui mangeaient plus de 3 portions de produits laitiers par jour présentaient des taux de mortalité inférieurs par rapport à ceux qui n’en mangeaient pas (3,4% contre 5,6%). Les taux de mortalité cardiovasculaire étaient eux aussi plus bas (0,9 % contre 1,6%), comme le risque de développer une maladie cardiovasculaire (3,5% contre 4,9%) ou d’être victime d’un accident vasculaire cérébral (1,2% contre 2,9%). Et chez ceux qui privilégiaient les produits au lait entier, l’écart était encore plus marqué.

Privilégier les produits au lait entier

Les auteurs rappellent en outre qu’une portion standard de produits laitiers équivaut à un verre de lait de 244 g, un (gros) pot de yaourt de 244 g, une tranche de fromage de 15 g ou une cuillère à café de beurre de 5 g.

Alors, pourquoi consommer des produits au lait entier ? «  La recommandation de consommer des produits laitiers à faible teneur en matières grasses repose sur les effets nocifs présumés des graisses saturées sur un seul marqueur de risque cardiovasculaire : le LDL cholestérol) », répondent les chercheurs. « Cependant, des preuves suggèrent que certains acides gras saturés peuvent être bénéfiques pour la santé cardiovasculaire. Les produits laitiers peuvent contenir d’autres composés potentiellement bénéfiques, notamment des acides aminés spécifiques, des graisses insaturées, des vitamines K1 et K2, du calcium, du magnésium et des probiotiques. » L’effet des produits laitiers sur la santé cardiovasculaire devrait donc tenir compte de tous ces éléments.

A noter : la consommation était la plus élevée en Amérique du Nord et en Europe et la plus faible en Asie du Sud, en Chine, en Afrique et en Asie du Sud-Est

Partager cet article