Santé fœtale : quand le placenta absorbe les polluants

[21 juin 2018 - 12h17] [mis à jour le 21 juin 2018 à 14h45]

Selon des chercheurs de l’Inserm, l’exposition à la pollution en cours de grossesse augmenterait le risque d’altérations épigénétiques au niveau du placenta. Un phénomène fragilisant la santé fœtale.

L’impact de la pollution pendant la grossesse est connu. « Cette exposition provoque un sur-risque de pré-éclampsie* chez la mère », rappellent des chercheurs français**. Autres effets, « un poids à la naissance diminué chez l’enfant et peut-être même un fonctionnement dégradé des poumons et des troubles neuro-développementaux ».

Mais ces conséquences seraient-elles liées à l’altération du placenta ? Pour le savoir, les scientifiques ont analysé l’impact de l’exposition placentaire à la pollution auprès de 668 femmes. « Toutes ont été recrutées entre 2003 et 2006 dans les Centres hospitalo-universitaires de Nancy et de Poitiers. »

Des gènes endommagés

Résultats, « les mères les plus exposées au dioxyde d’azote (gaz issu des processus de combustions automobiles, industrielles et thermiques) pendant leur grossesse présentaient une modification épigénétique sur le gène ADORA2B ». Or « des défauts dans l’expression de ce gène ont été associés dans d’autres études à la pré-éclampsie, une maladie de la grossesse fréquente et grave si elle n’est pas prise en charge », explique Johanna Lepeule, chercheuse à l’Inserm.

* hypertension associée à la présence de protéines dans les urines
**Inserm, Université de Grenoble Alpes, Institut pour l’avancée des biosciences (Unité mixte de recherche 1209)

Partager cet article