Intelligence artificielle, objets connectés… Les nouvelles technologies investissent tous les domaines. La santé ne fait pas exception. Mais qu’en pensent les patients ? Une étude montre qu’ils sont réticents à une automatisation totale des soins et qu’ils souhaitent conserver une relation privilégiée avec leur soignant.

Quelle est la perception des patients face l’usage d’interventions médicales basées sur les objets connectés et l’intelligence artificielle ? Pour le savoir, des chercheurs de l’Assistance publique Hôpitaux de Paris (AP-HP) ont interrogé1 200 sujets issus de la cohorte  « Communauté de patients pour la recherche » (ComPaRe).

Concernant l’impact des nouvelles technologies pour la santé, l’étude montre que 47% des patients voient l’intelligence artificielle et les objets connectés comme une grande opportunité de progrès. A l’opposé, 11% perçoivent ces nouveautés comme un grand danger. Ils craignent un remplacement inapproprié de l’être humain ou encore des risques importants de piratage des données.

L’humain avant tout…

Plus en détail, les participants ont ensuite répondu sur le fait d’adopter ou de rejeter certains outils. Comme l’intelligence artificielle pour détecter un cancer de la peau via des photographies, des capteurs permettant l’analyse et la détection en temps réel de l’exacerbation de maladies chroniques, une chemise connectée pour piloter des soins de kinésithérapie…

Résultat, un patient sur trois refuserait au moins l’un de ces outils. Et 41% ne les adopteraient qu’à la condition que leur utilisation soit contrôlée par un être humain.

C’est bien cette dernière idée qui ressort de ce travail : 3 patients sur 4 refusent d’adhérer à des soins complètement automatisés. Selon eux, la relation humaine demeure le fondement de l’acte médical.

Partager cet article