Se détendre avec la respiration alternée

[12 septembre 2017 - 14h42] [mis à jour le 12 septembre 2017 à 14h45]

Professeurs de yoga et spécialistes de l’Ayurvéda recommandent la pratique régulière du Nadi Shodhana. Egalement appelé respiration alternée, cet exercice respiratoire permet tout à la fois de se relaxer et de faire le plein d’énergie. Ce qu’il faut en retenir avant de se lancer.

Aussi utile pour démarrer la journée du bon pied que pour trouver plus facilement le sommeil, la respiration alternée est une pratique de yoga facile d’accès, à condition toutefois de ne pas être enrhumé. Dans l’idéal, elle se pratique assis, jambes croisées, dos droit et main gauche posée sur le genou gauche. Se surélever en s’asseyant sur un coussin peut faciliter la posture.

Yeux fermés, commencez en inspirant par les deux narines. Index et majeurs repliés, bouchez votre narine droite avec votre pouce et expirez par la narine gauche. Puis inspirez à gauche en comptant jusqu’à 4, narine droite toujours bouchée. Bouchez la narine gauche avec votre annulaire et expirez ensuite par la narine droite en comptant jusqu’à 8. Inspirez à droite, narine gauche toujours bouchée, en comptant jusqu’à 4. Expirez à gauche, en bouchant cette fois la narine droite. Continuez ainsi pendant au moins 5 minutes.

« Si le rythme indiqué ne convient pas, chacun peut l’adapter à son propre ressenti. En veillant cependant à ce que l’expiration dure toujours plus longtemps que l’inspiration », recommande le professeur de yoga Michèle Lefèvre. « Si on le souhaite, on peut ajouter à cette respiration un exercice de visualisation du Prana, c’est-à- dire l’énergie vitale. Sur l’inspiration, on visualise le Prana qui rentre par le point entre les sourcils, sous forme de lumière, se répand et descend dans le corps, comme une onde de détente et de clarté. Sur l’expiration, on visualise un lotus qui s’épanouit au sommet de la tête, amenant une totale détente mentale. »

L’apnée, sous certaines conditions

Pour augmenter les effets de cette respiration rééquilibrante, il est possible d’y ajouter des phases de rétention d’air. Après avoir inspiré pendant 4 secondes, bloquez votre respiration pendant 4 secondes puis expirezpendant 8 secondes. Si cette phase de rétention d’air n’occasionne aucun étourdissement, aucune sensation désagréable, vous pourrez allonger très progressivement la durée de l’apnée à 8, 12 puis 16 secondes. Mais attention, ce n’est pas un concours, ne cherchez pas à dépasser vos propres limites.

A noter : si vous souffrez de problèmes cardiaques ou respiratoires, demandez l’avis de votre médecin et expérimentez cette respiration avec un professeur de yoga.

Partager cet article