Seniors : des protéines pour être en forme

[06 septembre 2016 - 14h02] [mis à jour le 06 septembre 2016 à 14h03]

Consommer suffisamment de protéines chaque jour, et ce indépendamment de tout autre apport nutritionnel, protégerait contre d’éventuelles fragilités (faiblesse musculaire, lenteur à la marche…) après 65 ans. C’est ce que vient de montrer une équipe française. Laquelle encourage à bien suivre les recommandations du Programme national Nutrition Santé (PNNS).

Les protéines protègent contre la fragilité chez les seniors, à condition d’en consommer suffisamment. Ainsi, un apport d’au moins 0,8 gramme de protéines par kilo de poids corporel par jour est recommandé par le PNNS.

Pour parvenir à cette conclusion, les chercheurs ont sélectionné 1 345 sujets âgés de 74 ans en moyenne. Ces personnes ont répondu à une enquête alimentaire menée par un diététicien. Cette enquête portait sur leur alimentation des 24 dernières heures. Grâce à ce recueil, les apports protéiques journaliers moyens et les apports énergétiques totaux ont pu être calculés.

En parallèle, la fragilité des individus a été évaluée. Elle reposait sur cinq facteurs :

  • Une perte de poids de plus de trois kilos au cours des derniers mois ;
  • Une fatigue face à un effort ;
  • Une faiblesse musculaire évaluée sur la marche, la montée d’escaliers ou encore la capacité à se lever d’une chaise ;
  • La lenteur de la marche sur une distance de six mètres ;
  • Un temps d’activité physique hebdomadaire inférieur à une heure.

Au final, 4,1% des personnes étaient considérées comme fragiles car elles répondaient à au moins trois de ces critères.

Résultat, les personnes fragiles ne consommaient pas suffisamment de protéines. « Elles étaient seulement 36,4% à ingérer au moins 1 gramme de protéine par kilo, soit un seuil légèrement supérieur aux recommandations, contre 58,6% des personnes plus robustes », expliquent les chercheurs. Selon eux, « des apports protéiques suffisants réduisent de près de 60% le risque de fragilité et ce, que les protéines soient d’origine animale ou végétale. »

Pour Catherine Feart, principal auteur de ce travail, ces résultats ne sont guère étonnants puisque « les protéines sont des constituants musculaires et protègent contre la sarcopénie ».

Rappelons que le Programme national Nutrition Santé recommande à ce titre de manger une à deux fois par jour de la viande, du poisson ou des œufs, en plus des protéines végétales.

Partager cet article