Sexe : pourquoi les odeurs attisent-elles le désir ?

[06 décembre 2019 - 16h01] [mis à jour le 06 décembre 2019 à 16h04]

Phase de séduction, étreintes sur oreillers et autres galipettes sulfureuses… pendant les ébats sensuels et amoureux, l’odeur des corps est dotée d’un fort pouvoir érotique. Mais comment l’expliquer ?

Les odeurs corporelles sont la signature unique de l’être aimé ou désiré. Ainsi, l’ocytocine, l’hormone de l’amour et de l’attachement, peut être sécrétée rien qu’en nichant le bout du nez dans le cou de votre conjoint. Ou sur toute autre partie plus intime de son corps.  A l’origine de ce phénomène fort attisant, les phéromones. Ces substances chimiques dégagées par notre corps sont les messagers du désir. Elles sont libérées au niveau de la transpiration et des sécrétions génitales.

L’éloge du naturel

Quand on apprend à connaître quelqu’un, son parfum (artificiel celui-là) a tendance à nous séduire, à attiser nos sens. Mais quand les rapports intimes ont débuté, la saveur naturelle de la peau parait bien plus riche en sensation qu’un simple coup de pschitt dans le cou !

Cette alchimie des senteurs ne se décide pas. Par exemple, une certaine odeur peut vous déplaire sans qu’elle sente mauvais à proprement parler alors qu’une autre peut vous rendre dingue à la première seconde. On parle donc bien de la subjectivité la plus totale. En effet, nous sommes tous dotés d’une sorte de répertoire olfactif qui ne cesse de se nourrir depuis l’enfance.

La preuve s’il en est du lien entre odeur des corps et désir de l’être aimé. Plus le couple est stable, plus l’odeur du conjoint domine toutes celles des autres prétendants. Pour le prouver, des chercheurs ont proposé à des femmes de sentir différents t-shirts. De manière instinctive, chacune a repéré celui de son conjoint avec un degré de préférence incomparable. Les odeurs des corps rassurent donc autant qu’elles stimulent… Et grâce à des mesures de la testostérone chez chacune, les scientifiques ont pu montrer que les femmes en période d’ovulation se sont montrées clairement plus sensibles à l’odeur de la sueur de leur conjoint.

A noter : le cerveau se charge d’analyser les messages olfactifs : la zone limbique, celle des émotions, s’active quand une odeur corporelle vous envahit. Le rhinencéphale, centre du plaisir, et l’hypothalamus, glande de la fonction reproductrice qui a tendance à nous mettre en mouvement en cas de fort désir sexuel, sont aussi attisés.

Partager cet article