Siège auto enfant : voyagez en toute sécurité

[23 juin 2017 - 12h26] [mis à jour le 26 juin 2017 à 09h58]

L’Association Prévention routière dévoile des chiffres qui font froid dans le dos. Chaque jour en France, 4 enfants de moins de 10 ans sont victimes d’un accident de la route. En cause le plus souvent : un défaut d’installation de leur siège auto. Une raison largement suffisante pour alerter les parents.

Mal attachés, les bébés transportés en voiture sont victimes d’accidents deux fois plus graves que les enfants entre 3 et 11 ans. Selon une enquête* menée par l’Association Prévention routière et Bébé Confort, « les défauts d’installation (des sièges enfants) passent notamment par un mauvais passage de ceinture, une installation dans le mauvais sens et un harnais mal installé. Qu’il s’agisse d’inattention ou d’un manque d’information, ces erreurs peuvent avoir des conséquences dramatiques. »

L’Association explique cet état de fait de deux façons :

  • L’acquisition du siège auto sur un coup de cœur des parents. En fait « la poussette est souvent le premier équipement qu’ils achètent pour leur nouveau-né. Par conséquent, le siège auto est sélectionné pour sa compatibilité avec la poussette et moins pour ses qualités sécuritaires. »
  • L’achat d’un siège d’occasion. Ainsi, les nouveaux propriétaires ignorent si le siège a déjà été accidenté.

Ainsi, la Prévention routière suggère-t-elle plus de pédagogie à destination des parents. Et ce « dans les maternités ou encore dès les cours de préparation à l’accouchement ». Par ailleurs dans un objectif de « zéro enfant tué sur nos routes », elle revendique un taux de TVA réduit à 5,5% pour les sièges auto.

Que dit la loi ?

Selon son âge, son poids ou sa taille, un enfant doit être placé à l’avant ou à l’arrière d’un véhicule, dos à la route ou non et être placé dans un dispositif de sécurité homologué ou directement sur le siège du véhicule avec la ceinture de sécurité attachée. Alors comment s’y retrouver ?

Il est préférable d’installer les enfants de moins de 10 ans à l’arrière du véhicule. Qu’il s’agisse d’un lit nacelle, d’un siège, ou d’un rehausseur, tous les dispositifs pour enfants doivent bien évidemment être conformes à des normes européennes.

Le choix du dispositif dépend en fait de la présence ou non d’attaches de type Isofix sur le véhicule. Depuis 2011, tous les véhicules en sont équipés.

En revanche, si votre véhicule ne dispose pas de ce type d’attaches, le siège enfant est fixé avec les ceintures de sécurité et il doit être choisi en fonction du poids de l’enfant :

  • Groupe 0 : de la naissance à 10 kg, ces dispositifs sont installés dos à la route, à l’avant ou à l’arrière de la voiture. Les nourrissons peuvent aussi être installés dans un lit nacelle, disposé parallèlement au dossier de la banquette arrière. L’enfant bénéficie ainsi d’une protection maximale en cas de choc frontal ;
  • Groupe 0+ : de la naissance à 13 kg, ce siège permet de transporter l’enfant dos à la route, dans une position semi-allongée. Il doit être installé dans les mêmes conditions que le siège du groupe 0 ;
  • Groupe 1 (de 9 à 18 kg): l’enfant se tient bien assis et peut résister aux forces qui le propulsent vers l’avant lors d’un freinage. Il peut être installé dans un siège doté d’un harnais ou dans un siège avec tablette de protection fixé par les ceintures arrières du véhicule. Pour les sièges à harnais, il faut ajuster le harnais à la taille de l’enfant et verrouiller la boucle de sécurité juste au niveau des cuisses ;
  • Groupe 2 (15 à 25 kg) et groupe 3 (22 à 36 kg): Vous pouvez l’installer dans un siège ou sur un coussin rehausseur, ou il voyagera jusqu’à ses 10 ans.

*Etude DAL2015 menée par Bébé Confort, l’association Prévention Routière et le LAB (Laboratoire d’Accidentologie de Biomécanique et d’étude du comportement Humain), réalisée en juillet 2015 en France auprès de 466 enfants à bord de véhicules

Partager cet article