Sur les terrains de sport le week-end, nombreux sont les parents à encourager (et c’est un euphémisme) leur descendance comme si leur vie en dépendait. Eh bien selon des chercheurs britanniques, la volonté d’excellence de certains pousserait des jeunes athlètes à se doper.

Les chercheurs de l’Université du Kent ont analysé l’attitude face au dopage de 129 athlètes britanniques masculins âgés en moyenne de 17 ans. Ils ont comparé cette attitude à d’autres qui peuvent expliquer une éventuelle recherche d’excellence chez ces jeunes gens, dont :

  • La pression exercée par les parents ;
  • Celle de l’entraîneur ;
  • La peur de commettre des erreurs.

Résultat : « seule la pression des parents a montré une relation positive avec une volonté de se doper », expliquent les auteurs.

« Le problème de cette pression est largement connue », insiste le doctorant Daniel Madigan, principal auteur de cette étude. « Avec des parents stricts et exigeants poussant leurs enfants vers davantage de rendement, notre travail révèle le prix que certains jeunes athlètes sont prêts à payer pour réaliser le rêve de leur père et/ou de leur mère ».

Les chercheurs devraient très bientôt élargir leurs travaux autour de deux axes : cette conclusion est-elle applicable aux jeunes athlètes féminines ? Le constat est-il le même que l’on pratique un sport collectif ou individuel ?

Partager cet article