Tabac : la dépendance aux additifs

[30 juin 2015 - 14h12]

La nicotine n’entraîne pas à elle seule les phénomènes de dépendance aux produits du tabac. Son pouvoir addictif se révélerait surtout en association à d’autres substances. En particulier les pyrazines, comme le montrent des chercheurs américains qui ont mené leur enquête.

A la fin des années 90, suite à une décision de justice, des documents internes à l’industrie du tabac ont été rendus publics. Pour le Dr Hilel Alpert et son équipe de la Harvard School of Public Health (Boston, Massachussetts), l’occasion était trop belle de se pencher sur la composition précise des cigarettes et sur la stratégie des cigarettiers.

Dans la revue Tobacco Control, les scientifiques expliquent que ces industriels ont commencé à développer des cigarettes à faible teneur en goudron lorsque les effets délétères de leurs produits ont émergé. Ce qui a entraîné une érosion des ventes. Problème, les premières versions de ces cigarettes étaient semble-t-il très fades.

Pour relever les saveurs, les industriels ont alors ajouté des substances appelées pyrazines. Lesquelles selon les auteurs, « renferment des effets pharmacologiques et sensoriels, propres, indépendamment de la nicotine ». Un constat selon les scientifiques, qui serait d’autant plus préoccupant que les pyrazines sont non seulement présentes dans les cigarettes « light » mais aussi dans leur version électronique.

Partager cet article