Tatouage et système immunitaire affaibli ne font pas bon ménage

[02 juillet 2018 - 16h48] [mis à jour le 02 juillet 2018 à 16h50]

« Si vous présentez un déficit immunitaire, ne vous faites pas tatouer ! » C’est le cri d’alarme lancé par des médecins britanniques. Cela pourrait provoquer des douleurs chroniques sévères…

Un groupe de médecins rapporte dans les colonnes du British Medical Journal, le cas d’une patiente. Après s’être fait tatouer la jambe gauche, cette femme a présenté une légère irritation de la peau. Puis, 9 jours plus tard, elle a développé une douleur aux niveaux de la hanche, de la cuisse et du genou gauche.

Des symptômes si importants que les médecins ont dû lui prescrire des analgésiques !
Une biopsie du muscle de la cuisse a révélé qu’elle souffrait d’une myopathie inflammatoire, une inflammation musculaire chronique.

Alors comment expliquer la survenue de ce phénomène inhabituel ? Pour les médecins, la clé du mystère se trouve dans le dossier médical de la patiente. Cette femme était sous traitement immunosuppresseur suite à une double greffe de poumon. En fait, ces traitements inhibent le système immunitaire afin de prévenir le risque de rejet.

Selon eux donc, il est probable que le processus de tatouage soit à l’origine des douleurs, un phénomène aggravé par un système immunitaire affaibli. Les chercheurs avertissent donc : « La réalisation d’un tatouage, qui plus est par un salon non réglementé, associée à une immunosuppression peut provoquer une réaction en chaîne dramatique ». Ils appellent donc à la plus grande prudence.

Notons tout de même que depuis, la patiente a reçu un traitement par physiothérapie en vue d’un renforcement musculaire. Son état s’est amélioré.

Partager cet article