Pourquoi transpire-t-on ?

[06 février 2018 - 11h41]

Composée d’eau à 99%, la transpiration contient également une série de molécules et du sel. Elle est produite par des glandes sudoripares réparties sur la peau. En moyenne, un être humain perd entre 0,5 et 1 litre de sueur par jour. Mais pourquoi transpire-t-on au juste ?

« La transpiration sert principalement à rafraîchir le corps », explique le Dr Michael Mühlstädt, responsable de la chirurgie dermatologique aux Hôpitaux Universitaires de Genève en Suisse. Elle permet donc de maintenir l’organisme à une température idéale, comprise entre 36,5 et 37,8°C. En particulier lorsqu’il fait trop chaud ou que l’on pratique une activité physique intense. Cette thermorégulation est vitale car « si la température du corps monte trop haut, certaines molécules sont dénaturées ». Ce qui peut provoquer une perte de conscience momentanée.

L’autre raison de transpirer concerne les émotions. La peur, le stress… « Le corps se prépare à réagir, par la fuite ou le combat, à une situation perçue comme dangereuse », détaille le Dr Mühlstädt. « Les glandes anticipent la chaleur produite par l‘effort physique à venir en secrétant la sueur qui servira à la dissiper. »

Comment ça marche ?

« Entre 2 et 4 millions de minuscules glandes dites sudoripares ou sudorales, réparties sur la peau, produisent et secrètent une solution aqueuse », note Michael Mühlstädt. « C’est ce liquide, la sueur, qui en s’évaporant va rafraîchir la peau et les vaisseaux sanguins de l’épiderme. »

Certes la transpiration est souvent accompagnée d’une odeur désagréable. Mais ce n’est pas la sueur elle-même qui en est responsable puisqu’elle est inodore. « L’odeur désagréable provient des bactéries naturellement présentes sur la peau et qui se nourrissent du liquide produit par les glandes sudoripares », conclut le Dr Mühlstädt.

Partager cet article

SYNDICAT DE LA PRESSE INDÉPENDANTE D'INFORMATION EN LIGNE
Service de Presse en Ligne reconnu par la Commission paritaire des Publications et Agences de Presse (CPPAP) sous le n°0318 W 90885 (article 1er de la loi n° 86-187 du 1er août 1986 portant réforme du régime juridique de la presse)