La Haute Autorité de santé (HAS) confirme sa volonté d’élargir la vaccination contre les papillomavirus humains à tous les adolescents de 11 à 14 ans révolus. De son côté, le ministère de la Santé souhaite que cette recommandation soit intégrée dans le calendrier des vaccinations 2020 pour une mise en œuvre d’ici l’été.

« Les papillomavirus humains (HPV) sont des virus sexuellement transmissibles très fréquents, contractés généralement au début de la vie sexuelle », rappelle la HAS. « Ils sont responsables chez la femme comme chez l’homme de verrues anogénitales (…) et de lésions, dont la majorité disparaissent spontanément, mais dont certaines peuvent persister et évoluer vers des cancers (cancer du col de l’utérus chez la femme, cancers anaux et oro-pharyngés dans les deux sexes). »

Dans le calendrier vaccinal 2020

A l’heure actuelle, la vaccination contre ces HPV est recommandée chez les jeunes filles de 11 à 14 ans révolus. Mais après avoir consulté les professionnels et associations concernés, la Haute Autorité de Santé recommande « une vaccination de toutes les filles et de tous les garçons de 11 à 14 ans révolus, avec un rattrapage possible de 15 à 19 ans révolus. » Une décision validée par la Ministère en charge de la Santé qui « souhaite que cette recommandation soit intégrée dans le calendrier des vaccinations 2020 pour une mise en œuvre d’ici l’été. »

A noter : Dix ans après les premières recommandations, la couverture vaccinale reste très insuffisante au regard des objectifs fixés par le Plan Cancer : 24 % de femmes vaccinées selon le schéma complet et environ 15% des hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes alors que les objectifs sont de 60 %.

Partager cet article