Gênants quand ils surviennent au bureau ou dans les transports en commun, les bruits émis par les ventres affamés n’ont absolument rien d’inquiétant. Un seul véritable remède : manger !

« Dans notre jargon médical, nous parlons de bruits hydro-aériques pour décrire les gargouillis parfois entendus avant de passer à table », précise le Dr Philippe Godeberge, gastro-entérologue, proctologue et auteur du très pédagogique Qu’est-ce que tu as dans le ventre ? « Liquide et air sont en permanence naturellement présents dans le système digestif, dans des proportions variables d’un individu à l’autre. Le liquide est sécrété par les muqueuses digestives, l’air résulte de la fermentation des aliments. »

Mais pour que ces deux éléments fassent du bruit, il manque une troisième composante : le mouvement. C’est là qu’intervient la faim. Quand l’heure du prochain repas approche, plusieurs organes se mettent en action pour préparer le terrain de la digestion à venir. Notamment l’intestin, qui commence à se contracter. D’où parfois des bruits de tuyauterie, dont l’intensité diffère d’une personne à l’autre.

Manger, de préférence lentement

Pour mettre fin à ces gargouillis intempestifs, la seule solution est d’entendre l’appel du pied de notre organisme et de le nourrir. Et pour tenter de limiter les récidives, il peut être utile de manger lentement, en mastiquant bien. « Attention aussi à la boisson gazeuse sucrée avalée une heure ou deux avant de déjeuner ou dîner dans l’espoir de se redonner un coup de fouet. Elle aura tendance à amplifier le phénomène », met en garde le Dr Godeberge. « Et le stress pourrait aussi être un facteur favorisant. »

Partager cet article