Vieillissement : des Français sereins

[15 octobre 2014 - 17h32] [mis à jour le 15 octobre 2014 à 17h33]

Que pensent les Français du vieillissement et de la capacité de la collectivité à l’assumer ? Selon une enquête Pfizer France/IPSOS Santé, ils vivent majoritairement bien leur âge. Dans le cadre de la nouvelle campagne Get Old®, sous-titrée « Dans vieillir, il y a Vie® », Pfizer France souhaite souligner l’importance du bien vieillir. C’est ainsi qu’une enquête a été menée auprès de 1 014 individus de 16 à 75 ans. Et les résultats interpellent.

En effet, près de 9 Français sur 10 se disent être à l’aise ou très à l’aise avec leur âge : c’est un élément parfaitement assumé de l’identité des Français. De plus, 63% des sondés pensent que les seniors n’ont jamais eu une meilleure qualité de vie qu’aujourd’hui.

« Nous constatons que les seniors vivent très bien leur âge, avec un sondé sur deux souhaitant conserver son âge. C’est d’ailleurs un constat commun à toutes les générations », décrypte Luc Barthélémy du département santé de l’institut Ipsos. « D’après l’enquête il semble que le fait de parler de son âge soit beaucoup moins tabou que d’évoquer son poids, son salaire ou son niveau social.  Il y a une forme de sérénité par rapport au vieillissement : l’avancée en âge n’est plus vécue comme une fin en soi mais comme un prolongement de la vie. »

Des citoyens lucides

Si les Français semblent bien vivre leur âge, ils sont en revanche préoccupés par le système de soins et plus précisément sur sa capacité à assumer le vieillissement de la population. « Certes, il y a une reconnaissance de l’efficacité du système de santé français », indique Luc Barthélémy. « Mais, ces résultats montrent aussi clairement que les Français sont parfaitement lucides et connaissent les différentes menaces qui pèsent sur ce système ».

Ainsi selon l’enquête, seul 1 sondé sur 2 a confiance en termes d’accès aux soins ou de qualité de prise en charge par les professionnels de santé. Et plus de 7 sur 10 ne croient pas la collectivité capable d’assurer l’emploi des seniors. Une autre préoccupation concerne le mode de financement : 7 Français sur 10 n’ont pas confiance par rapport au niveau de remboursement futur des dépenses de santé.  « Si l’inquiétude des Français est bien connue vis-à-vis du chômage, elle l’est moins vis-à-vis de la capacité nationale à prendre en charge leur santé. Ces résultats nous interpellent forcément, mais se doivent aussi d’interpeller les décideurs et notre société dans son ensemble », explique Michel Ginestet, Président de Pfizer France.

Partager cet article