Malgré les progrès dans la lutte contre le virus du Sida, l’Afrique reste à la traîne. Largement concernés par l’épidémie, plusieurs pays du continent ont décidé de soutenir des initiatives dans le but de parvenir à éradiquer le VIH d’ici à 2030. Parmi elles, un programme de formation des professionnels de santé.

L’épidémie de VIH/SIDA connaît un recul important dans le monde. Au total, 57% des personnes vivant avec le virus connaissent leur statut, 46% d’entre eux bénéficient d’un traitement et 38% de ces derniers ont une charge virale indétectable. Un bond en avant vers l’objectif de 90-90-90 pour 2020. Mais le continent africain reste à la traîne, avec de piètres 36%-28%-12%.

C’est pour cela que plusieurs initiatives ont été lancées récemment. A l’occasion du sommet de l’Union africaine le 3 juillet à Addis Abeba en Ethiopie, les gouvernements des pays participant ont annoncé qu’ils soutiendraient des programmes de lutte contre l’épidémie.

Former les professionnels de santé

Parmi les initiatives déjà lancées, celle visant à recruter du personnel de santé qualifié. En effet, d’après l’ONUSIDA, l’Afrique est pourvue d’1 million de travailleurs dans ce secteur. Mais « la plupart ne sont focalisés que sur une seule maladie et sont par ailleurs sous-qualifiés, sous-payés, et mal intégrés dans le système sanitaire ». Le projet désormais soutenu par l’Union africaine a pour but de parvenir à 2 millions de professionnels. Avec de nouvelles embauches mais aussi en formant à nouveau les personnels déjà en poste.

« Peu d’investissements apportent autant de bénéfices sociaux et économiques que la formation de bons professionnels de santé dans une communauté », souligne Jeffrey Sachs, de l’Université Columbia. Cette initiative permet donc d’espérer des progrès dans la lutte contre l’épidémie du Sida, mais plus largement dans la santé en général dans les pays concernés.

Partager cet article