VIH/SIDA : toujours des comportements à risque chez les gays

[18 juillet 2017 - 10h00] [mis à jour le 21 juillet 2017 à 10h11]

Les hommes ayant des relations avec des hommes (HSH) constituent toujours une population à risque en matière de VIH/SIDA. Et en particulier ceux fréquentant les lieux de convivialité comme les backrooms et les bars gays. Et si la prévalence s’inscrit à la baisse, selon la dernière publication du BEH, elle reste à un niveau élevé. Une bonne raison de poursuivre les actions préventives dans les lieux de convivialité gay.

D’après la dernière étude PREVAGAY menée en 2015*, la prévalence pour le VIH chez les hommes ayant des relations avec des hommes s’élève à 14,3% en moyenne. Ces données, publiées dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH), sont tirées d’une enquête réalisée auprès des HSH fréquentant les bars, saunas et backrooms de cinq villes françaises – Lille, Lyon, Montpellier, Nice et Paris – avec de fortes disparités. Ainsi, la prévalence lilloise s’est révélée bien inférieure (7,6%) à celle de Nice (17,1%). Autre information d’importance, la prévalence augmentait avec l’âge, passant de 4,4% pour les hommes de moins de 25 ans à 18,6% pour ceux de 45 ans et plus.

Préservatif, toujours pas systématique

Le non-usage systématique du préservatif reste important dans cette population. Ainsi, « près d’un tiers des HSH interrogés (32%) n’avaient pas utilisé de préservatif systématiquement lors des pénétrations anales avec des partenaires de statut sérologique VIH différent ou inconnu », précisent les rédacteurs du BEH. D’ailleurs, c’est le seul groupe de transmission du VIH pour lequel le nombre de nouveaux diagnostics ne diminue pas.

Pourtant, un constat est source d’espoir. Parmi les séropositifs dans l’étude, 91,9% étaient déjà diagnostiqués, dont 94,9% étaient sous traitement. De plus, « un peu plus de la moitié (54%) des séronégatifs interrogés connaissaient la prophylaxie pré-exposition au VIH (PrEP), dont 4% avaient fait usage dans l’année ». Le recours au test de dépistage dans les 12 derniers mois s’élevait quant à lui à 63%. « Ces résultats incitent à poursuivre les actions préventives dans les lieux de convivialité gay », insistent les rédacteurs.

*2 646 HSH ont accepté de participer

Partager cet article